Deux Chinois et trois Congolais tués dans une attaque en RDC

© AFP 2022 ALEXIS HUGUETIturi
Ituri  - Sputnik Afrique, 1920, 13.08.2022
S'abonnerTelegram
En République démocratique du Congo, quatre personnes ont été tués et deux Chinois sont portés disparus dans l'attaque lancée par des miliciens contre un site d'exploitation artisanale d'or et la contre-attaque de l'armée.
Trois civils et un militaire congolais ont été tués, tandis que deux ressortissants chinois sont portés disparus dans l'attaque d'un site d'exploitation artisanale d'or par des miliciens et la contre-attaque de l'armée dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a indiqué, vendredi, une source militaire.

L'attaque menée par des miliciens Codeco (Coopérative pour le développement du Congo) a visé le "site minier [tenu] par des ressortissants chinois dans la zone de Mungwalu (...) Trois employés congolais de la mine ont été tués lors de l'attaque", a affirmé le le lieutenant Jules Ngongo, porte-parole de l'armée dans la province de l'Ituri.

Au total, quatre ressortissants chinois avaient été pris en otage, mais "l'armée a réussi à libérer deux d'entre eux lors de la contre-attaque. Nous avons perdu un militaire" qui a succombé à ses blessures, a-t-il souligné.

"Deux chinois ont été retrouvés vivants", a fait savoir Innocent Madukadala, chef du secteur de Banyali-kilo.

Des violences continues

L'incident meurtrier a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi dans cette zone minière du nord où des miliciens mènent parfois "des opérations de survie" bien qu'ayant déjà signé l'acte d'engagement unilatéral de cessation des hostilités, a-t-il précisé.

La région de Mungwalu dans le territoire de Djugu est la zone d'action des miliciens Codeco.

En novembre dernier, deux Chinois avaient été tués dans une attaque similaire dans le site minier de Damnable, toujours dans cette même région de l'Ituri.

La région aurifère de l'Ituri a renoué avec les violences depuis fin 2017 avec l'avènement de la milice Codeco, un groupe armé structuré autour d'une secte religieuse, qui prétend défendre les intérêts des Lendu, une des communautés de cette province, contre la communauté rivale Hema et contre les forces de sécurité.
Au début des années 2000, une guerre civile avait éclaté en Ituri faisant plus de 60.000 morts. En 2003, une force internationale sous commandement français est intervenue.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала