Téhéran rejette les affirmations américaines sur un projet iranien pour tuer Bolton

© Sputnik . Vladimir Fedorenko / Accéder à la base multimédiaTéhéran, Iran
Téhéran, Iran - Sputnik Afrique, 1920, 11.08.2022
S'abonnerTelegram
L'Iran a rejeté jeudi les affirmations de la justice américaine sur un complot dirigé par un membre des Gardiens de la Révolution pour assassiner John Bolton, ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, les qualifiant de "ridicules".
Le ministère américain de la Justice a déclaré mercredi qu'un Iranien, Shahram Poursafi, avait été inculpé en son absence pour avoir offert de verser 300.000 dollars à des individus aux États-Unis pour tuer John Bolton.
Selon cette même source, le complot, destiné apparemment à venger la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué en janvier 2020 en Irak dans une frappe ordonnée par le président d'alors Donald Trump, a été révélé par la personne censée assassiner M. Bolton.
"Les autorités judiciaires américaines ont porté des accusations sans fournir de preuves valables", a indiqué le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, dans un communiqué.
"Cette fois, [les Etats-Unis] ont écrit un scénario impliquant un personnage dont la carrière politique est finie comme Bolton", a-t-il ajouté.
Selon le ministère américain de la Justice, Shahram Poursafi est entré en contact fin 2021 avec une personne censée mener à bien l'assassinat qui était en fait un informateur de la police fédérale (FBI). L'Iranien l'a pressée de mettre le plan à exécution avant le deuxième anniversaire de la mort de Soleimani, toujours selon la même source.
Le puissant général iranien, architecte de la stratégie de son pays au Moyen-Orient, était le chef de la Force Qods, l'unité chargée des opérations extérieures au sein des Gardiens de la Révolution.

"Affirmations sans fondement"

M. Kanani a encore rejeté des "affirmations sans fondement (...) faites [...] pour éviter de répondre à de nombreux crimes terroristes dans lesquels le gouvernement américain était directement impliqué, comme le lâche assassinat" de Soleimani.
"La République islamique met fermement en garde contre toute action visant des citoyens iraniens en ayant recours à des accusations ridicules", a-t-il ajouté.
L'actuel conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a prévenu mercredi que Téhéran s'exposait à de "graves conséquences" s'il s'attaquait à des responsables américains.
Les accusations américaines interviennent au moment où Téhéran étudie un compromis présenté par l'Union européenne pour sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, moribond depuis le retrait des Etats-Unis en 2018 des Etats-Unis sous l'impulsion de Donald Trump, alors conseillé par John Bolton.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала