L'Onu appelle à "stopper" l'essor des crypto-monnaies dans les pays en développement

© Sputnik / Accéder à la base multimédiaSputnikcryptomonnaies
Sputnikcryptomonnaies  - Sputnik Afrique, 1920, 11.08.2022
S'abonnerTelegram
Des mesures doivent être prises pour freiner l'essor des crypto-monnaies dans les pays en développement, a affirmé l'organisation des Nations Unies, estimant que ces monnaies constituent "un actif financier instable pouvant entraîner des risques et des coûts sociaux".
"Bien que les monnaies numériques privées aient enrichi certains individus et institutions, elles constituent un actif financier instable pouvant entraîner des risques et des coûts sociaux", a averti l'organe des Nations Unies chargé du commerce et du développement, la CNUCED, dans trois notes d'orientation publiées ce mercredi.
Selon la CNUCED, leurs avantages des crypto-monnaies sont pour certains éclipsés par les menaces qu'elles font peser sur la stabilité financière, la mobilisation des ressources intérieures et la sécurité des systèmes monétaires.
Les crypto-monnaies sont une forme alternative de paiement. Les transactions se font numériquement par le biais d'une technologie cryptée, connue sous le nom de blockchain.
L'utilisation des crypto-monnaies a augmenté à l'échelle mondiale à un rythme sans précédent pendant la pandémie de COVID-19, renforçant une tendance déjà en marche. Il en existe actuellement quelque 19 000.

"Tout ce qui brille n'est pas or"

En 2021, parmi les 20 premiers pays avec la part de la population la plus élevée possédant des crypto-monnaies, 15 étaient des pays en développement.
L'Ukraine était en tête de liste avec 12,7 %, suivie de la Russie et du Venezuela - respectivement 11,9 % et 10,3 %.
La première note de l’agence onusienne intitulée “Tout ce qui brille n'est pas or. Ne pas réguler les crypto-monnaies coûte très cher” examine les raisons de l'adoption rapide des crypto-monnaies dans les pays en développement, notamment la facilitation des transferts de fonds et la protection contre l’inflation des monnaies fiduciaires.
Or “les récents chocs subis par les devises numériques sur les marchés suggèrent qu’il est risqué de détenir des crypto-monnaies. Si une banque centrale intervient pour protéger leur stabilité financière, le problème devient alors public”, a déclaré la CNUCED.
En outre, si les crypto-monnaies continuent à se développer comme moyen de paiement, voire à remplacer officieusement les monnaies nationales, c’est la “souveraineté monétaire” des pays qui pourrait être mise en péril, a mis en garde l’agence onusienne.
La deuxième note de la CNUCED se concentre sur l’impact des crypto-monnaies sur la stabilité et la sécurité des systèmes monétaires, et pour la stabilité de l’architecture financière en général.
“Un système de paiement numérique national de service public devrait répondre à au moins certaines des raisons de l'utilisation des crypto-monnaies et limiter l'expansion des crypto-monnaies dans les pays en développement”, a relevé la CNUCED.
La dernière note d'orientation examine comment les crypto-monnaies sont devenues un nouveau canal pour saper la mobilisation des ressources nationales dans les pays en développement, et met en garde contre les dangers de faire “trop peu, trop tard”.
En effet, si les crypto-monnaies peuvent faciliter les envois de fonds, la CNUCED a averti qu'elles “pouvaient aussi permettre des fraudes et encourager l'évasion fiscale par le biais de flux financiers illicites - à l'instar d'un paradis fiscal, où il est difficile d’identifier qui possède quoi”.
“Ainsi, les crypto-monnaies peuvent également freiner l'efficacité des contrôles de capitaux, un instrument clé des pays en développement pour préserver leur marge de manœuvre et leur stabilité macroéconomique”, a encore relevé l'agence onusienne.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала