Signature de l'accord de paix pour le Tchad: réaction d'Alger

© AFP 2022 MUSTAFA ABUMUNESSignature de l'accord de paix à Doha le 8 août 2022
Signature de l'accord de paix à Doha le 8 août 2022 - Sputnik Afrique, 1920, 10.08.2022
S'abonnerTelegram
Face aux progrès dans le dialogue entre N’Djamena et les groupes politico-militaires armés, lesquels se sont traduits par la signature d'un accord de paix à Doha, l'Algérie se dit satisfaite et a appelé les parties à "faire fructifier ce compromis" pour mettre fin aux violences.
Faisant écho au Secrétaire général de l'Onu, la diplomatie algérienne a exprimé lundi sa satisfaction à la suite de la signature à Doha de l'accord de paix entre les autorités tchadiennes et une quarantaine de groupes et mouvements armés.
Le gouvernement de transition et une trentaine de mouvements politico-militaires ont signé ce 8 août l'accord de paix de Doha, après cinq mois de pourparlers... 08.08.2022, Sputnik Afrique
En soulignant avoir suivi "avec une grande satisfaction" cette signature, "en cette heureuse occasion, l’Algérie adresse ses très chaleureuses félicitations au Gouvernement et à toutes les parties tchadiennes pour leur engagement remarquable dans ce processus", a indiqué dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, qui salue par ailleurs "la contribution importante" de l’État du Qatar qui a abrité et facilité, durant les cinq derniers mois, les pourparlers devant ouvrir la voie à un dialogue national inclusif à N’Djamena.

Tout le monde n'est pas d'accord

L'accord de paix prévoit notamment un "cessez-le-feu général" entre les autorités et les groupes signataires.
Alger a appelé dans le même texte, cité par Algérie press service, "les acteurs tchadiens à faire fructifier ce compromis pour tourner définitivement la page des déchirements fratricides et de la violence et pour promouvoir ensemble la réalisation des objectifs de la transition en cours en matière de stabilité, de développement et de bonne gouvernance".
En effet, le Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (FACT), aux côtés de plusieurs autres groupes rebelles, a rejeté l'accord, arguant de "la non prise en compte" de ses revendications. Il se dit toutefois "disponible au dialogue partout et toujours".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала