Le Président finlandais redoute le ralentissement économique en Europe

© AP Photo / Heikki SaukkomaaLe Président finlandais Sauli Niinistö
Le Président finlandais Sauli Niinistö - Sputnik Afrique, 1920, 07.08.2022
S'abonnerTelegram
Le Président finlandais se montre pessimiste sur l’avenir économique de l’Union européenne et sur l'unité de celle-ci, en regard de la situation autour de l’Ukraine. Dans ce contexte, Sauli Niinistö estime que la Finlande doit être "autosuffisante" en matière d’économie et de sécurité, malgré la procédure engagée de son adhésion à l’Otan.
L’économie européenne entre dans une phase de turbulences qui pourrait laisser des traces, a averti le Président finlandais, Sauli Niinistö, dans un entretien avec le journal Maaseudun Tulevaisuus. Le haut responsable n’a pas exclu une nouvelle escalade en Ukraine, soulignant que le conflit mettait déjà l’Europe aux prises avec une crise énergétique.

"Je dois dire que les inquiétudes concernant l'escalade en Ukraine augmentent. Ce risque est toujours présent et doit être pris en compte", a-t-il ainsi affirmé.

Le chef d’État a en outre déclaré que les difficultés économiques avaient déjà fait changer la mentalité en Finlande, habituée à croire aux lendemains qui chantent. Alors que les Vingt-Sept se déchirent autour d’une possible réduction des consommations de gaz, Sauli Niinistö a encore expliqué que cela pourrait "affecter l’unité européenne".

Vers l’autosuffisance

Face à cette période de troubles, le Président finlandais a souligné l’importance pour son pays d’être autosuffisant "au sens large". Pressentie pour adhérer à l’Otan en compagnie de la Suède, la Finlande ne compte ainsi pas sacrifier la question militaire.

"Cela signifie une autosuffisance en matière de sécurité, malgré le fait que nous soyons en train d'adhérer à l'Otan et une autosuffisance pour qu'il y ait suffisamment de nourriture", a précisé Sauli Niinistö au Maaseudun Tulevaisuus.

La Finlande s’était déjà vu coupée du gaz russe fin mai, après son refus de payer les livraisons en roubles, comme demandé par Moscou.
Helsinki a par ailleurs été au centre d’un imbroglio pour le sauvetage du géant énergétique allemand Uniper, criblé de dettes. La Finlande est en effet l’actionnaire principal de la société Fortum, maison-mère d’Uniper qui s’est longtemps opposée à un renflouement des caisses par Berlin.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала