Au moins 27 morts suite aux heurts intercommunautaires entre le Tchad et le Soudan

© Sputnik . Igor Mikhalev / Accéder à la base multimédiades chameaux
des chameaux - Sputnik Afrique, 1920, 07.08.2022
S'abonnerTelegram
Les affrontements sanglants qui ont eu lieu le 4 août à la frontière entre le Tchad et le Soudan ont fait au moins 27 morts et 36 blessés, rapporte la Défense tchadienne. Les deux parties s’accusent de vols de chameaux comme cause principale de l’incident.
Initialement dressé à 18 victimes, le bilan des affrontements survenus le 4 août à la frontière entre le Soudan et le Tchad est passé à 27, rapporte l’agence Anadolu.
"Le bilan de cet incident douloureux intercommunautaire à l’ouest du Darfour (…) fait état de 18 personnes tuées et 14 blessés côté soudanais et 9 morts et 22 blessés côté tchadien", a précisé le ministère tchadien de la Défense, lors d’un point de presse, le 6 août, cité par l’agence.

Des chameaux volés des deux côtés

Des vols de bétail ont été évoqués par les deux parties comme l’origine supposée des heurts.
Toujours selon l’armée tchadienne, plusieurs Soudanais ont enlevé cinq chameaux sur le territoire tchadien, "ce qui a dégénéré en affrontements lors de la poursuite par les propriétaires".
À son tour, le Soudan accuse la partie tchadienne d’avoir volé une centaine de chameaux le 3 août et 200 têtes de bétail le 4 août auprès des éleveurs soudanais dans la province du Darfour, selon les dires de Mahmed Saleh Kibro, responsable local, cité par du portail Sudan Tribune.
Suite à ces attaques, "les tribus d'éleveurs ont mobilisé leurs hommes pour attaquer les assaillants après avoir accusé les forces gouvernementales tchadiennes de complicité avec eux", a-t-il ajouté.

La frontière est-elle fermée?

Cet incident a suscité des rumeurs sur la fermeture de la frontière entre les deux pays, lesquelles ont été démenties par les autorités tchadiennes.
"Nous n’avons pas fermé la frontière, mais nous avons pris toutes les dispositions pour éviter les attroupements de part et d’autre afin d’éviter le conflit intercommunautaire ", a indiqué ce 7 août à l'agence Anadolu, le ministre tchadien de la Défense, le général Daoud Yaya Brahim.
Le Tchad a été appelé à poursuivre les auteurs de crimes et de vols et à récupérer le bétail volé dans les plus brefs délais, indique un communiqué du Conseil soudanais de sécurité cité par Sudan Tribune.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала