"Les armes nucléaires et l'humanité ne peuvent pas coexister", selon une survivante d'Hiroshima

© Photo Public domain / Wayne Miller / National Museum of the U.S. NavyРазрушения после атомных бомбардировок в Хиросиме
Разрушения после атомных бомбардировок в Хиросиме  - Sputnik Afrique, 1920, 06.08.2022
S'abonnerTelegram
Le monde ne devrait pas répéter la tragédie nucléaire d'Hiroshima, mais tant que certains pays restent en possession d'armes nucléaires, une telle menace demeure toujours, témoigne auprès de Sputnik une survivante du bombardement nucléaire de 1945.
Alors que le Japon commémore, ce 6 août, le 77e anniversaire du bombardement atomique américain d'Hiroshima lors de la Seconde Guerre mondiale, une survivante met en garde contre toute reproduction d’un tel scénario.

"Je veux que nous soyons les derniers à avoir subi cette cruauté. Cette arme inhumaine ne devrait jamais être utilisée contre qui que ce soit dans le monde", témoigne auprès de Sputnik Toshiko Tanaka, 82 ans, habitant toujours la ville d’Hiroshima.

Âgée alors de 6 ans, elle était sur le chemin de l’école au moment de l’attaque: "J'ai levé les yeux vers le ciel et j'ai vu deux avions. Puis une lumière extrêmement brillante a frappé mes yeux et tout est devenu blanc. Je ne voyais rien. Tout brûlait, la tête, la joue gauche, le dos, le bras droit. La poussière montait partout et couvrait tout le ciel. Il est devenu complètement noir". Elle a survécu car elle était à trois kilomètres de l’explosion, sa famille ayant déménagé peu de temps avant.

"Je veux que tout le monde partage l'idée que les armes nucléaires et l'humanité ne peuvent pas coexister", avance-t-elle, convaincue que les armes nucléaires ne peuvent pas contribuer au maintien de la paix sur la planète, mais seulement à détruire tous ceux qui y vivent.

La survivante de l’attaque est sûre que "tant que certains pays restent en possession d'armes nucléaires, il est impossible de convaincre d'autres États d'en créer".

"L'histoire des armes nucléaires ne prendra fin que lorsque le monde interdira complètement les armes nucléaires", ajoute-t-elle.

Un bombardier B-29 américain a largué la bombe à uranium Little Boy sur Hiroshima, au Japon, le 6 août 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Trois jours après, les États-Unis ont bombardé Nagasaki, avec un engin au plutonium. Le nombre de victimes est de 200.000 personnes environ.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала