La France "fait feu de tout bois" pour garder son influence en Afrique

© AFP 2022 MICHELE CATTANILes soldats de l'armée française faisant partie de l'Opération Barkhane
Les soldats de l'armée française faisant partie de l'Opération Barkhane - Sputnik Afrique, 1920, 29.07.2022
Emmanuel Macron, qui vient de terminer sa tournée africaine, utilise la CEDEAO comme moyen de renforcer les intérêts français en Afrique, alors que de nouveaux acteurs, comme la Russie et la Chine, arrivent sur la scène africaine, estiment des experts algériens auprès de Sputnik.
La récente tournée africaine d’Emmanuel Macron et ses propositions de "bâtir son action" dans l’Afrique occidentale avec la CEDEAO pour lutter contre le terrorisme peuvent être interprétées comme une tentative de sauver la face dans un contexte de perte d’influence.

"La France, affolée par l’arrivée de nouvelles grandes puissances mondiales en Afrique, fait feu de tout bois pour essayer de sauver ce qui peut être encore sauvé de son influence en Afrique, notamment dans ses anciennes colonies", estime, interrogé par Sputnik, Abdelhamid Larbi Chérif, ex-colonel des services du renseignement militaire algériens, actuellement expert en sécurité internationale et politiques de défense.

Le poids croissant de la Russie en Afrique

Dans ce contexte, quel est le rôle de la CEDEAO, communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest? "La France utilise la CEDEAO comme moyen de pression sur les régimes qui n'ont pas choisi son camp", affirme toujours auprès de Sputnik Akram Kharief, expert en sécurité et politiques de défense, directeur du site d'information militaire algérien Menadefense.
Les deux spécialistes sont d’accord concernant l’évaluation du poids croissant de la Russie et de la Chine en l'Afrique.

"Le cœur du problème reste la Russie qui a réussi quasiment gratuitement à faire sortir la France de certains pays d'Afrique en jouant juste sur sa légitimité et sur la pression trop grande que continue d'exercer Paris sur ses anciennes colonies", poursuit Akram Kharief.

La Russie et la Chine "jouissent d’un respect de plus en plus grand des Africains ", et la visite récente du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov le prouve, estime Abdelhamid Larbi Chérif.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала