Un papier de bonbon permet de juger un violeur 20 ans après les faits

bonbons - Sputnik Afrique, 1920, 28.02.2022
S'abonnerTelegram
Un sexagénaire est jugé lundi 28 février pour un viol commis en 1998 dans la Vienne, relate Le Parisien. Il a été identifié grâce à un papier de bonbon découvert dans le cadre d’une enquête sur un cambriolage dans l’entreprise de son fils.
André Basset, 69 ans, est jugé vingt-quatre ans après les faits. Il a été mis en examen grâce à son ADN retrouvé sur un papier de bonbon, rapporte Le Parisien. En octobre 1998, il avait violé Anne, une étudiante de 21 ans, non loin de Châtellerault, dans la Vienne. La jeune femme conduisait sa voiture pour rentrer chez elle à Saint-Gervais-les-Trois-Clochers quand elle a été forcée de s’arrêter à cause de bûches mises en travers de son chemin.

Alors qu’elle sortait de sa voiture pour dégager le passage, un homme a surgi, vêtu d'une combinaison d'agriculteur et d'un masque noir. Il l’a agrippée par derrière et l’a forcée à revenir dans son véhicule pour en prendre le volant. C'est une fois arrivés au niveau d’un terrain de ball-trap que la jeune femme a été violée avant d'être relâchée.
Bien que les gendarmes aient pu prélever de l’ADN sur les lieux du crime, l'auteur des faits restait introuvable. En 2001, un premier non-lieu est rendu. En 2005, un homme s'accuse du viol mais l'ADN ne correspond pas. En 2007, la piste d’un agresseur sexuel en série qui opérait dans les environs à l’époque a été étudiée, sans succès.

Un emballage de bonbon qui parle

En 2019, l’enquête est relancée. Durant l’été, la menuiserie du fils d’André Basset a été cambriolée. Lors des prélèvements effectués dans les locaux, un technicien de l'investigation criminelle ramasse un papier de bonbon sur les lieux. En entrant l'ADN dans le Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), est découverte une correspondance avec un autre ADN, celui du violeur du Nord-Vienne de 1998.
On savait désormais que l’amateur de bonbons était un violeur, mais il était encore difficile à ce stade de l'identifier. Les gendarmes de la brigade de recherches de Châtellerault ont alors croisé les deux dossiers, et un nom est ressorti dans les deux affaires: celui du père du menuisier. Il avait été interrogé à l'époque du crime car il était le voisin de la jeune femme violée.
Face aux preuves qui lui ont été présentées, il a reconnu les faits et été placé en détention provisoire afin d’éviter d’éventuelles pressions sur sa victime qui réside encore aujourd’hui dans les environs de Châtellerault. Il encourt une peine maximale de 15 ans de prison pour viol crapuleux.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала