Dissuasion nucléaire: le Kremlin appelle à ne pas chercher de double sens à l’ordre de Poutine

© Sputnik . Maxime Blinov / Accéder à la base multimédiaLe Kremlin et le ministère russe des Affaires étrangères (archive photo)
Le Kremlin et le ministère russe des Affaires étrangères (archive photo) - Sputnik Afrique, 1920, 28.02.2022
S'abonnerTelegram
Commentant le jour suivant l’ordre de Vladimir Poutine de mettre en alerte les forces de dissuasion russes, son porte-parole a rappelé que Moscou qualifie d’"absolument inacceptables" les propos de certains dirigeants évoquant un éventuel conflit entre la Russie et l'Otan.
Vladimir Poutine a ordonné le 27 février de placer en alerte les forces de dissuasion russes en réponse à des propos agressifs de pays membres de l'Otan. Interrogé par des journalistes pour préciser la déclaration du Président russe, son porte-parole a conseillé de ne pas y chercher de double sens:
"Que comprendre? Il n'y a pas de double sens ni de double fond, tout a été clairement indiqué. Les Forces de dissuasion stratégique, c'est un ordre absolument exhaustif du chef suprême [des armées]", a répondu Dmitri Peskov.
Il a également noté que bien que certains représentants occidentaux parlent d'un éventuel conflit ou même d'affrontements entre la Russie et l'Otan, Moscou considère ces propos comme "absolument inacceptables".

Poutine ordonne, l’Otan réagit

"J'ordonne au ministre de la Défense et au chef d'état-major de mettre les forces de dissuasion de l'armée russe en régime spécial d'alerte au combat". Cette déclaration a été faite par Vladimir Poutine lors d’une réunion tenue ce 27 février avec le ministre de la Défense Sergueï Choïgou et le chef d’état-major Valéry Guérassimov.
Selon le Président, non seulement l’Occident entreprend des démarches économiques inamicales, mais en plus les hauts responsables de l’Otan se permettent des propos agressifs à l’encontre de la Russie.
Réagissant à l'ordre de Vladimir Poutine, le secrétaire général de l’Alliance transatlantique a estimé que cette déclaration montrait la gravité de la situation. Il a également indiqué un renforcement des livraisons de systèmes antiaériens et antichars à l’Ukraine.

Opération militaire en Ukraine

L’opération militaire russe s'est déclenchée le 24 février, trois jours après que Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance des Républiques de Lougansk et de Donetsk, expliquant que l'Ukraine ne respecte pas les accords de Minsk et que la situation dans le Donbass peut être qualifiée de "génocide".
Le Président russe a alors souligné que les plans de Moscou n'incluaient pas l'occupation des territoires ukrainiens, mais la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine, ce qui a été confirmé le 25 février par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov qui assure que cela va permettre aux Ukrainiens de "déterminer librement leur avenir", une fois qu'"ils se seront libérés de leur joug".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала