Instructeurs russes? Wagner? Pour les Maliens, "ce qui compte, c'est la sécurité"

© Sputnik . Valéri MelnikovBamako, Mali
Bamako, Mali - Sputnik Afrique, 1920, 12.02.2022
S'abonnerTelegram
La polémique entretenue par Paris quant à la présence du groupe Wagner au Mali importe peu pour beaucoup de Maliens. Pour eux, les résultats sécuritaires de la collaboration "franche" entre l’armée malienne et ses partenaires russes constituent le baromètre. Et ces résultats sont jugés très satisfaisants.
La Russie "n’a rien à voir" avec les entreprises militaires privées qui opèrent au Mali. Cette déclaration de Vladimir Poutine lors de sa rencontre le 7 février avec le Président français Emmanuel Macron a ravivé la polémique entretenue par Paris. Celle d’une éventuelle présence dans le pays africain de la société militaire privée russe Wagner.
Joël Meyer, ambassadeur de France au Mali - Sputnik Afrique, 1920, 02.02.2022
Au Mali, les militaires "ont repris l’initiative et l’avantage sur l’État français"
Même si les autorités maliennes ont toujours soutenu travailler avec des "instructeurs russes" dépêchés dans le cadre d'une collaboration officielle avec l'État russe, pour la France ce sont des "mercenaires" de Wagner qui opèrent -aussi et surtout- dans le pays. Les autorités russes refusent pour leur part toute confusion.

"C’est le peuple souverain qui a réclamé l’arrivée des Russes. Ce n’est pas à la France de dire que ce sont des mercenaires ou pas ", objecte Seydou Diawara. Interrogé par Sputnik, le président du parti Lumière pour l’Afrique"ne calcule pas l’appellation" et s’en tient à la position des autorités maliennes sur la question.

Et cette position malienne officielle a été répétée notamment fin décembre dernier, en réponse à un communiqué conjoint d'une quinzaine de pays occidentaux "condamnant fermement le déploiement de mercenaires sur le territoire malien". Bamako a alors indiqué s'être tourné vers l’État russe, son "partenaire historique" dont plusieurs instructeurs étaient au Mali, "au même titre que la Mission européenne de formation (EUTM)".
Un soldat burkinabé - Sputnik Afrique, 1920, 09.12.2021
La Russie souhaite soutenir les pays du Sahel mais "la France joue à écarter ses concurrents"
"Tout le monde a vu le ministre des Affaires étrangères du Mali avec son homologue de la Russie. Cela veut dire que la coopération est officielle", abonde Seydou Diawara.

"Qui qu’ils soient, ce n’est pas notre affaire", confie à Sputnik Ibou Sy, un célèbre influenceur malien. "Dès l’instant que ces gens peuvent aider notre armée à nous sécuriser, que nos femmes ne meurent pas, que nos enfants ne meurent pas, que notre bétail ne soit pas brûlé… Aujourd’hui, ce qui compte, c’est la sécurité", affirme-t-il.

"Les habitants n’ont plus la même crainte qu’auparavant"

Si l’éventualité d’une présence de Wagner au Mali semble plus choquer Paris que les Maliens, c’est que leur priorité est ailleurs. En effet, la lutte antiterroriste est la préoccupation dominante dans le pays. Des résultats tangibles sont enregistrés sur le terrain depuis quelques mois. L’armée malienne mène des opérations d’envergure sur tout le territoire, au cours desquelles des dizaines de terroristes sont régulièrement tués ou capturés. Les populations perçoivent le changement.

"Ici, les forains qui partent dans les recoins de la région, quand ils reviennent, ils nous rapportent que les bandits qui avaient l’habitude de les attaquer ont maintenant fui ou sont morts. Il y a moins de braquage", témoigne pour Sputnik Mohamed, un habitant de Gao.

Cette ville du nord du pays a été occupée en 2012 par les groupes terroristes avant d’être libérée l’année suivante. Mais depuis, elle a été en proie à des attaques terroristes, des assassinats ciblés et des actes de banditisme. Pour autant, "les habitants n’ont plus la même crainte qu’auparavant", rapporte Mohamed.
drapeaux français et malien - Sputnik Afrique, 1920, 18.10.2021
Crise sécuritaire au Mali: la France embrigade-t-elle ses alliés sahéliens contre Bamako?
Sur le plan national "ça fait longtemps que l’on n’entend plus que des camps sont tombés, que des militaires ont été tués par-ci, par-là. Franchement, la situation actuelle n’est pas à comparer avec celle d’avant", constate également Ibou Sy.
C’est "grâce à l’appui russe" que l’armée comptabilise autant de succès, assure Seydou Diawara. "Les Russes nous aident avec des satellites et des informations. L’armée est en confiance", analyse Ibou Sy. Quant à Mohamed, il "pense que la collaboration russe est franche. C’est un partenariat gagnant, on vous donne ceci et vous faites cela. Ils ne feront pas comme la France. Par exemple, nous imposer des décisions ou des personnes jusqu’à influencer les pouvoirs publics".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала