- Sputnik Afrique, 1920, 12.01.2022
Garanties de sécurité Russie-Otan
Des consultations entre la Russie et les États-Unis et la Russie et l'Otan consacrées aux propositions russes sur les garanties de sécurité se sont déroulées en janvier 2022 à Genève et Bruxelles.

Paix en Ukraine: "c’est Minsk ou rien!"

© Sputnik . Service de presse de la présidence russe / Accéder à la base multimédiaEmmanuel Macron lors de son entretien avec Vladimir Poutine à Moscou, le 7 février 2022
Emmanuel Macron lors de son entretien avec Vladimir Poutine à Moscou, le 7 février 2022 - Sputnik Afrique, 1920, 08.02.2022
S'abonnerTelegram
Macron, architecte de la paix en Europe? Pour Pierre Lorrain, nul doute que le Président de la République devrait obtenir un nouveau round de négociations autour de l’Ukraine. Cela pourrait cependant se corser sur la sécurité des Européens. Analyse.
Macron signera-t-il le premier succès diplomatique de son mandat?
Le 7 février, à deux mois des élections présidentielles, le locataire de l’Élysée s’est envolé pour Moscou avec l’intention de résoudre une crise qui gangrène le Vieux continent depuis huit ans. Durant près de six heures, il s’est entretenu en tête à tête avec Vladimir Poutine. Au menu: l’Ukraine, ainsi que les garanties de sécurités demandées aux Américains et à l’Otan par le Président russe.
Un échange "nourri", comme l’a lui-même défini Emmanuel Macron lors de la conférence de presse commune aux deux chefs d’État, durant laquelle il s’est montré optimiste quant aux chances de parvenir à un accord. "Nous nous reparlerons dans quelques jours. […] Je suis sûr que nous arriverons à un résultat. Il n’est pas aisé, mais j’en suis sûr", a-t-il assuré. Un résultat qu’il va également chercher à Kiev et à Berlin ce 8 février.
"Il tient la bonne piste", réagit auprès de Sputnik le journaliste Pierre Lorrain. Comme le souligne ce spécialiste de l’URSS, du monde postsoviétique et de la Russie, tout va dépendre de la bonne volonté de Volodymyr Zelensky. Mais aux yeux de l’auteur de L’Ukraine, une histoire entre deux destins(Éd. Bertillat), Macron –qui s’est entretenu par téléphone la semaine passée avec son homologue ukrainien– n’aurait jamais entrepris une telle tournée diplomatique sans avoir l’assurance d’obtenir un accord de l’Ukraine.

"Si Zelensky refuse, tout s’arrête!"

"Ce qu’il va chercher à Kiev, c’est simplement la confirmation que les Ukrainiens sont disposés à également aller de l’avant", avance Pierre Lorrain. Pour lui, cet accord pourrait simplement porter sur la tenue d’un nouveau round du format Normandie au niveau des chefs d’État. "Cela ne coûtera rien à Zelensky de dire qu’il est pour l’application des accords de Minsket d’aller à la table des négociations", estime le journaliste.
Pourtant, la prochaine réunion au format Normandie doit se tenir le 10 février à Berlin et lors de la conférence de presse franco-ukrainienne, Macron n’a évoqué que des "conseillers", soit les acteurs habituels de telles réunions. Trop court pour bouleverser l’agenda de cinq chefs d’État, sans doute. Reste encore la rencontre à Berlin avec Olaf Scholz, le nouveau chancelier allemand, pour que Macron puisse faire une annonce fracassante. Si tel était le cas, il resterait néanmoins à passer outre le peu d’entrain de Kiev à appliquer le fameux protocole de paix signé en février 2015, souligne Pierre Lorrain.

"Mais pour Macron, le plus dur sera passé", poursuit-il. "Il aura obtenu la médiation qui le mettra à égalité avec Nicolas Sarkozy en 2008, à part que ce dernier avait alors réellement résolu le problème… Mais bon, d’ici là, les élections seront passées."

Le spécialiste rappelle le succès diplomatique obtenu par l’ancien locataire de l’Élysée en Géorgie, après le "coup de folie" du Président géorgien Mikhaïl Saakachvili. En août 2008, la Géorgie avait tenté de retrouver par la force le contrôle des provinces d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, tuant une vingtaine de soldats russes des forces de maintien de la paix, ce qui avait déclenché une riposte de l’armée russe. Déjà à l’époque, la France occupait la présidence du Conseil de l’Union européenne.
Zelensky "ne peut pas refuser" l’invitation française, estime Pierre Lorrain. Ce dernier dépeint un Président ukrainien "affaibli sur le plan intérieur", tenu à bout de bras par l’aide financière que Washington fournit au pays et devenu "le jouet des intérêts nationalistes" au fil de son mandat.
À cet égard, notre intervenant met en garde contre les pressions que pourrait subir le Président ukrainien de la part de ceux qui voient d’un mauvais œil toute négociation de paix avec les républiques autoproclamées du Donbass. "C’est Minsk ou rien. Or, si pour des raisons de politique intérieure, Zelensky refuse, tout s’arrête!", met en garde Pierre Lorrain. "Le problème est qu’en Ukraine, des forces puissantes ne veulent pas que le conflit se résolve, cela impliquerait notamment une réduction du pouvoir des oligarques", développe-t-il.

Washington, un ami qui vous veut du bien

Toutefois, une baisse du ton se fait observer à Kiev, où depuis quelques jours, on s’inscrit moins dans l’invective. Appelant à se méfier des "prévisions apocalyptiques", Dmytro Kouleba, chef de la diplomatie ukrainienne, a notamment estimé le 6 février que les chances de trouver une "solution diplomatique" avec Moscou restaient "considérablement supérieures" à celle d’une escalade militaire. Le même Kouleba qui affirmait encore le 26 janvier dernier, après la dernière réunion au format Normandie, que l’Ukraine "ne permettrait à personne, même à nos amis, de nous imposer une quelconque concession". Mais au-delà de l’État profond ukrainien, un tout autre partenaire est à ménager sur ce dossier: Washington.

"Les Français et les Allemands ont avancé dans la voie d’une résolution de la crise par le format Normandie, mais ils ont été systématiquement contrecarrés par les efforts des Américains de vouloir à toute force armer l’Ukraine et de la soutenir dans ses positions les plus extrémistes", développe Pierre Lorrain. "Ce sont les Américains qui ont sabordé délibérément les efforts du cartel de Normandie", insiste-t-il.

Un rappel de ces sept années durant lesquelles Kiev, fort du soutien de Washington, s’est obstinément refusé à appliquer les accords de Minsk, à commencer par ouvrir un dialogue avec les régions rebelles. Sept années perdues qui ont exaspéré la diplomatie russe. En novembre dernier, cette dernière avait fini par publier sa correspondance diplomatique avec Paris et Berlin, accusés par Moscou de ne jamais avoir fait pression sur les autorités ukrainiennes pour qu’elles respectent leur part des accords.
Si la passivité des capitales européennes –voire leur refus d’honorer leur part des accords– était patente dans ces échanges, le rôle de Washington dans la région et vis-à-vis de l’Ukraine en était l’angle mort. Comment apaiser une situation explosive quand l’un des acteurs ne cesse de souffler sur les braises?
Un contexte qui rend Pierre Lorrain particulièrement réservé à propos d’une éventuelle percée dans l’épineux dossier des garanties de sécurités demandées par Moscou face à l’avancée de l’Otan à l’Est. Cette "nouvelle structure de sécurité" que Macron appelle aujourd’hui de ses vœux et "dont il avait parlé à Brégançon", "on en parle depuis l’effondrement de l’URSS", rappelle notre intervenant.
Celui-ci remonte à la visite à Moscou de George Bush père à l’été 1991: une rencontre à la veille de la chute de l’Union soviétique, où il ne fut pas exclusivement question d’aide financière. Au lendemain de cette visite qui avait abouti à la signature du traité START de réduction des armes nucléaires stratégiques, le Président américain avait également fait étape à Kiev, où il avait mis en garde les Ukrainiens contre toute velléité nationaliste. "Les Américains ne soutiendront pas ceux qui veulent l’indépendance dans le seul but de remplacer une tyrannie par un despotisme local. Ils n’aideront pas ceux qui prônent un nationalisme suicidaire fondé sur la haine d’un peuple envers un autre", avait alors déclaré le locataire de la Maison-Blanche.

Washington "considère les préoccupations russes comme négligeables"

Pierre Lorrain rappelle également les engagements que Boris Eltsine avait exigés de Bill Clinton à Vancouver, au printemps 1993, sur les droits des 26 millions de Russes vivant en dehors de la Fédération de Russie. Quelques années plus tard, en 1997, le premier Président russe avait déjà très clairement marqué la limite à ne pas franchir concernant l’avancée de l’Otan vers la Russie. L’Alliance lorgnait alors sur les pays de la nouvelle CEI (Communauté des États indépendants composée des ex-républiques soviétiques). Trois décennies de mises en garde répétées des Russes qui rendent difficilement audible la petite musique du "que veut Poutine?" aujourd’hui entonnée par nombre de médias occidentaux.
Censé servir de clef de voûte à cette architecture de sécurité, le Conseil Otan–Russie créé en 2002, dont se sont très vite détournés les Américains. Ils n’"avaient plus d’intérêt" dans cette structure et n’ont depuis eu de cesse de "considérer les préoccupations russes comme négligeables", estime le journaliste. Une attitude qui a largement dépeint sur le dossier ukrainien.

"Les États-Unis vont-ils accepter, alors qu’ils ont un dialogue direct avec la Russie, d’avoir sur la construction de la sécurité européenne une sorte de go-between macronien? Si l’administration américaine est d’humeur et qu’elle est disposée à donner à Macron de l’importance à l’approche des élections, il y aura certainement quelques phrases gentilles, mais sur ce dossier, Macron n’a pas la main", estime Pierre Lorrain, sceptique.

C’est bien là le paradoxe: si Macron pourrait parvenir à faire "revenir l’Europe dans une discussion que le Kremlin entendait mener de façon exclusive avec les États-Unis", comme le présente ce matin Le Monde, les Américains sont bel et bien ceux qui auront le dernier mot concernant la sécurité des Européens.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала