Israël s’éloigne un temps de l’Union africaine, une victoire en demi-teinte pour l’Algérie?

© AFP 2022 THAER GHANAIMMahmoud Abbas et Abdelmadjid Tebboune, le 5 décembre 2021
Mahmoud Abbas et Abdelmadjid Tebboune, le 5 décembre 2021 - Sputnik Afrique, 1920, 07.02.2022
S'abonnerTelegram
L’Algérie a fait pression pour qu’Israël ne soit pas membre observateur de l’Union africaine. Pourtant, l’État hébreu a des relations avec la majorité des États du continent africain. Tel-Aviv tisse son réseau grâce à l’armement et au renseignement.
L’Algérie a eu gain de cause. Pour les 20 ans de l’union africaine, les 55 pays du continent africain se sont réunis à Addis-Abeba, dans la capitale éthiopienne. Tensions au Sahel, guerre du Tigré en Éthiopie, différents coups d’États, menace terroriste, reprise des activités économiques post-Covid: les dirigeants ont passé en revue les défis et les enjeux régionaux. La plupart des sujets abordés ont créé le consensus, à l’exception de l’un d’entre eux.
Les échanges furent en effet houleux au sujet de l’accréditation d’Israël à l’organisation en tant qu’observateur. Pour éviter une scission au sein même de l’organisation, le débat a été "suspendu". La raison? L’activisme des diplomaties algérienne et sud-africaine. En effet, depuis juillet dernier et la décision de Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, Tel-Aviv avait obtenu le Saint Graal.

"Victoire diplomatique pour l’Algérie"

Mais pour Alger et Pretoria, accorder le statut d’État observateur à Israël va à l’encontre même des principes de l’organisation. Pour les deux pays, la question doit être réétudiée. Le président de l’Union africaine a défendu son choix et appelé à un "débat serein" avant d’ajouter que l’accréditation de l’État hébreu pouvait constituer "un instrument au service de la paix".
Pour l’heure toutefois, la "victoire diplomatique de l’Algérie" ne fait guère de doute, estime Brahim Oumansour, chercheur associé à l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques) et spécialiste du Maghreb.
"C’est un succès non négligeable pour Alger, qui était en retrait diplomatique depuis plusieurs années. Cette question sur l’accréditation d’Israël comme étant un État observateur de l’Union africaine a montré l’activisme et l’opposition de l’Algérie, surtout que cette décision avait été prise à un moment transitoire pour le pays. C’est donc un test réussi pour la diplomatie algérienne", souligne-t-il au micro de Sputnik.
S’il y a bien une ligne rouge à ne pas dépasser pour Alger, c’est bien la question palestinienne. Depuis son indépendance en 1962, l’Algérie n’a eu de cesse de s’opposer à l’État hébreu. "Nous sommes avec la Palestine, qu’elle ait tort ou raison", déclarait Houari Boumediene, chef d’État algérien de 1965 à 1978. Cette solidarité avec la Palestine, pourtant à 3.000 kilomètres des côtes algériennes, dépasse de loin le cadre purement panarabe. Cette entraide se justifie aussi par la convergence des luttes anticoloniales. "C’est en cela que l’Afrique du Sud partage le même point de vue que l’Algérie sur cette question israélienne, il y a une convergence des luttes entre les deux pays", ajoute le chercheur.
Equipe de l'Algérie drapeau palestinien  - Sputnik Afrique, 1920, 20.12.2021
Algérie et Palestine: loin des yeux près du cœur
Mais le positionnement algérien est loin d’être partagé par son voisin –et désormais adversaire– marocain. Alors qu’Alger refuse tout contact diplomatique ou économique avec Tel-Aviv, Rabat multiplie les partenariats avec son nouvel allié israélien. En effet, depuis les accords d’Abraham en 2020, les deux pays ont normalisé leurs relations. Prenant la défense de son partenaire hébreu, le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, a déclaré: "Je pense là aussi qu’il faut comprendre que l’Union africaine a changé, qu’elle n’est plus la chasse gardée d’un pays ou deux qui peuvent dire “non, on va bloquer” et que l’organisation va les suivre."
L’Algérie et le Maroc sont en froid depuis les années 60, le Sahara occidental constituant leur principale pierre d’achoppement. Rabat revendique la souveraineté sur ce territoire, tandis qu’Alger soutient les indépendantistes du Front Polisario. Une situation qui s’est envenimée au point d’aboutir à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays en août dernier.

Une alliance Israël –Maroc contre l’Algérie?

Israël s’est ainsi immiscé entre les deux États maghrébins. "Le Mossad à nos frontières", titrait le 24 novembre le journal L’Expression, proche du gouvernement algérien, à l’occasion de la visite à Rabat du ministre israélien de la Défense, Benny Gantz. Une situation qui inquiète Alger. Et pour cause, les nouveaux alliés ont signé un accord sécuritaire, officiellement intitulé Mémorandum d’entente en matière de défense. Le royaume chérifien a acquis quatre drones tactiques Hermes 900 conçus par le groupe israélien Elbit Systems. Outre le renforcement des liens commerciaux et culturels, le Maroc va pouvoir perfectionner son système de renseignements et de surveillances aux frontières.
"Alger essaye donc de limiter tant bien que mal l’influence israélienne dans son environnement proche", résume Brahim Oumansour. Une influence qui dépasse de loin le cadre des relations avec le royaume chérifien.
"Cela fait partie de la stratégie de la périphérie développée dans les années 70 auprès des pays arabes. Depuis l’ère Netanyahou, cette politique a été étendue au continent africain, où Israël tisse un réseau de partenariats tous azimuts", souligne le chercheur.
En effet, quand Benyamin Netanyahou était à la tête du gouvernement israélien, Tel-Aviv a multiplié les opérations de charme en direction du continent africain. Le slogan de cette opération débutée en 2016 est sans équivoque: "Israël est de retour en Afrique, l’Afrique revient en Israël". L’ancien Premier ministre israélien s’était ainsi rendu en Ouganda, au Kenya, en Éthiopie et au Rwanda. Il avait également reçu ses homologues togolais et tchadien.
heurts entre Palestiniens et police israélienne à Jérusalem - Sputnik Afrique, 1920, 02.02.2022
Israël accusé "d’apartheid": mise en cause "antisémite" ou réalité indéniable?
L’État hébreu espère donc retrouver la place qui était la sienne dans les années 60. A cette époque, Israël jouissait d’un capital de sympathie sans égal, avec 33 ambassades ouvertes. Mais peu à peu, s’est développé un tropisme africain pour la cause palestinienne. Avec les guerres israélo-arabes, l’influence israélienne a grandement diminué dans la région. Aujourd’hui, le gouvernement israélien compte moins d’une quinzaine de représentations diplomatiques.

Des logiciels espions au service de la diplomatie israélienne

Néanmoins, le pays peut s’enorgueillir d’entretenir des relations avec une quarantaine d’États. Et pour renouer avec l’Afrique, Tel-Aviv peut notamment compter sur ses avancées technologiques.
"Israël noue des liens avec de nombreux pays africains par l’intermédiaire de l’armement, du renseignement en espérant avoir des retombées diplomatiques", indique Brahim Oumansour.
Des hommes d’affaires, des industriels, des sociétés israéliennes gravitent dans les sphères de pouvoir des capitales africaines. Par l’intermédiaire des nombreux logiciels espions, Tel-Aviv se rapproche de certains pays. Selon une enquête de Jeune Afrique, le groupe Mer Group est présent au Congo, en Guinée, au Nigeria, en République Démocratique du Congo. Le groupe Elbit Systems est pour sa part implanté en Afrique du Sud, en Angola, en Éthiopie et au Nigeria.
Fleurons de l’industrie du renseignement israélien, ces sociétés ont été montées par d’anciens de l’Unité 8200 de Tsahal, spécialisée dans la cyberguerre. Elles permettent entre autres d’espionner des réseaux cellulaires à grande échelle. Et certains régimes africains en sont friands.
Combattants du Hezbollah - Sputnik Afrique, 1920, 01.02.2022
Réseaux de renseignement israéliens démantelés au Liban: "une guerre d’espionnage multiforme"
Israël serait donc proche "des services de renseignements locaux et des armées nationales", souligne le géopolitologue. D’ailleurs, en pleine crise politique, une délégation militaire soudanaise s’était rendue en catimini en Israël. Ainsi, même si l’Afrique du Sud s’oppose à l’accréditation d’Israël comme membre observateur de l’Union africaine, Pretoria reste toujours le principal partenaire économique d’Israël sur le continent. En définitive, l’Algérie est de plus en isolé dans son opposition frontale avec l’État hébreu et semble donc mener un combat d’arrière-garde.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала