Incendie à la centrale nucléaire de Cruas-Meyesse

© Photo Pixabay / distelAPPArathUne centrale nucléaire
Une centrale nucléaire - Sputnik Afrique, 1920, 06.02.2022
S'abonnerTelegram
Dimanche 6 février, l’échauffement d’une gaine de ventilation dans la salle des machines du réacteur numéro 1 a provoqué le déclenchement d’une alarme incendie. EDF a précisé que les faits se sont déroulés dans la partie non-nucléaire du site.
Plus de peur que de mal à Cruas-Meyesse. La centrale nucléaire située dans l’Ardèche a été le théâtre d’un incident qui a nécessité l’intervention de trois camions de pompiers, relate France Bleu. Vers 11h15, une gaine de ventilation a fondu entraînant un dégagement de fumée d’après les premiers éléments d’analyses communiqués par EDF à la radio.
L’incendie a pu être éteint à 12h37 et un plan interne "incendie hors zone contrôlée" a été mis en œuvre pour mettre en application l’ensemble des compétences nécessaires en cas d’évolution défavorable de la situation.
Selon l’opérateur, le sinistre n’a pas eu de conséquences sur la sûreté des installations et sur la production de la centrale. L’unité de production numéro 1 est connectée au réseau national d’électricité et fonctionne normalement. EDF a assuré que les autres unités n'ont pas été impactées par ce contretemps. Les équipes ont été progressivement démobilisées, en accord avec l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).
Cet incident intervient alors que l’unité de production numéro 4 a été mise à l’arrêt le 5 février afin de recharger un quart de son combustible et réaliser près de 10.000 activités de contrôle et de maintenance.

Une contamination sérieuse l’été dernier

Le 24 août 2021, un employé de la même centrale a été contaminé lors d'une opération de maintenance à la centrale, rapportait l’Autorité de sûreté nucléaire à France 3. Il a subi une exposition radiologique supérieure à la norme réglementaire annuelle.
Cette mésaventure s’est produite alors que deux techniciens vérifiaient, dans le bâtiment du réacteur 2, l'étanchéité des alimentations d'air de robinets pneumatiques. C’est lors d’un contrôle à la sortie que la contamination d’un des protagonistes a été détectée.
EDF a assuré au Dapuhiné que la contamination est sans conséquence pour le salarié et que celui-ci n’est pas mis en arrêt de travail, mais il ne pourra pas revenir travailler en zone nucléaire pendant un an.
L’ASN a classé cet incident au niveau 2 sur une échelle de gravité qui va jusqu’à 7. Avant cet événement, trois autres s’étaient produits à Cattenom (Moselle), Fessenheim (Haut-Rhin) et Saint-Laurent des Eaux (Loir-et-Cher), mais dans un degré de gravité moindre, selon Franceinfo.

Une industrie indispensable

Le 9 novembre 2021, malgré les problèmes constatés sur le chantier de l'EPR de Flamanville, Emmanuel Macron a annoncé lors d'une allocution télévisée son intention de "relancer la construction de réacteurs nucléaires" en France pour garantir son "indépendance énergétique".
Une douzaine de réacteurs sur 56 sont actuellement à l’arrêt pour maintenance, a rappelé en janvier BFM TV, annonçant l'intention du ministère de la Transition écologique de faire voter un décret en vue de produire de l’électricité pendant 1.000 heures, jusqu’au 28 février, grâce à la combustion de charbon. En l’absence de vent, la France est obligée de miser sur le charbon pour éviter les coupures en plein hiver.
Pourtant le pays possède des centrales nucléaires depuis des décennies. La France a décidé de se doter d'une importante industrie nucléaire en 1974, suite au choc pétrolier entraîné par la guerre du Kippour.
En 2016, le nucléaire couvrait 72% de la production française en électricité. Le gouvernement se fixe pour objectif de réduire cette part à 50% en 2035. Dans le même temps, il a lancé la construction d'une centrale nucléaire de 3e génération à Flamanville. Le chargement du combustible est prévu pour le deuxième trimestre 2023 après plusieurs années de retard. Selon EDF en charge du projet, les nouveaux réacteurs ont été étudiés pour produire 22% de plus d'électricité qu'un réacteur traditionnel, à partir de la même quantité de combustible nucléaire.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала