Pour Trump "la faiblesse" de Biden crée "un risque réel" de 3e Guerre mondiale

Donald Trump - Sputnik Afrique, 1920, 30.01.2022
S'abonnerTelegram
La situation en Ukraine a été plusieurs fois évoquée par Donald Trump lors de son dernier meeting au Texas, le 29 janvier. L’ancien Président a notamment critiqué Joe Biden d’être "obsédé" par ce pays au lieu de protéger les frontières américaines.
Si à l’époque Donald Trump voulait "rendre à nouveau l’Amérique grande", il appelle plus d’un an après l’élection de son adversaire à "sauver l’Amérique". Sous ce slogan, il a fait une tournée dans le sud du pays. Le 29 janvier, il a ainsi tenu un meeting au Texas, au cours duquel il a de nouveau reproché à Biden ses échecs sur la scène internationale, et particulièrement en Ukraine.
"La faiblesse et l’incompétence de Biden créent un risque réel de Troisième Guerre mondiale", a-t-il déclaré.
D’après lui, s’il avait été Président, la Russie n’aurait jamais "osé" masser ses troupes près de la frontière de l’Ukraine. Il a souligné que sa présidence était la seule période durant laquelle la Russie "ne bougeait pas".
Il a d’ailleurs accusé l’administration actuelle d’être obsédée par Kiev tout en ignorant ce qui se passe à la frontière avec le Mexique.
"Tout le monde à Washington est obsédé par la façon de protéger la frontière ukrainienne, mais la frontière la plus importante au monde en ce moment pour nous n'est pas la frontière ukrainienne, c'est la frontière américaine et nous ne faisons rien à ce sujet. Nous laissons les gens entrer et nous n'avons aucune idée de qui ils sont", a-t-il insisté.

Sur Biden et Zelensky

Donald Trump est également revenu sur la récente conversation téléphonique entre Joe Biden et Volodymyr Zelensky qui, selon lui, "a échoué".
"Le Président ukrainien lui aurait dit: ‘Calme-toi, calme-toi. Je pense que tout va bien. Calme-toi’. Vous arrivez à le croire?" a-t-il ajouté.
En effet, d’après un journaliste de CNN, Biden aurait mis en garde le chef de l’État ukrainien contre une "invasion russe presque certaine une fois que le sol aura gelé en février". M. Zelensky aurait quant à lui qualifié cette menace de "dangereuse mais ambiguë" et aurait demandé à son homologue de "se calmer". Par la suite, une porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Emily Horne, a contesté cette description de l'appel et a dénoncé "des mensonges".

Les USA et l’Otan

Finalement, selon Trump, la situation actuelle avec l’Ukraine s’explique par le fait que les pays européens pensent que les États-Unis doivent les protéger gratuitement. Il a ainsi rappelé avoir demandé à ces alliés leur obligation de contribuer au budget de l’Otan.
"L’arrivé de Biden au pouvoir a été un signal aux autres pays que l'époque où ils pouvaient utiliser les États-Unis est de retour. [Le signal] qu'ils n’ont pas à payer leurs factures et à risquer leur vie. Laissons les Américains stupides tout faire pour nous", a lancé Donald Trump.
Le Kremlin explique pour sa part la présence de ses troupes près de la frontière ukrainienne par la tension persistant dans la région, démentant toute intention belliqueuse à l’égard de son voisin. Il insiste d’ailleurs sur ses demandes de garanties juridiques de non-élargissement de l'Otan, en particulier à l’Ukraine.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала