La voiture du maire de Briançon incendiée, il dénonce "une escalade de la violence extrême" - photo

CC BY 2.0 / Robbie Shade / Un incendie (image d'illustration)
Un incendie (image d'illustration) - Sputnik Afrique, 1920, 24.11.2021
S'abonnerTelegram
La voiture du maire de Briançon a été incendiée, trois jours après que deux véhicules des services municipaux avaient connu le même destin. L’élu dénonce "une escalade de la violence extrême". Des actes qui ont provoqué plusieurs réactions chez les personnalités politiques.
Le véhicule personnel du maire de Briançon, dans les Hautes-Alpes, a été incendié et "totalement brûlé" dans la nuit du 23 au 24 novembre alors qu’il était garé devant chez lui. C’est l’édile, Arnaud Murgia, qui l’a signalé sur son compte Twitter.
Les sapeurs-pompiers sont intervenus pour éteindre le feu avant qu’il ne se propage vers l’immeuble d’à côté. Aucun blessé n’est à déplorer.

Deux véhicules des services de la mairie incendiés

Cet incident intervient trois jours après que de mêmes actes "de grande délinquance" se sont produits dans les services techniques de la mairie, selon lui.
L’édile a ainsi dénoncé "une escalade de la violence extrême" qui dépasse "toutes les limites de l’acceptable".
Après l’incendie de deux voitures des services municipaux, survenu dans la nuit du 20 au 21 novembre, M.Murgia a condamné "avec la plus grande gravité" cet acte de délinquance qui pourrait conduire à pires conséquences, du fait d’une station essence à proximité. Il a appelé à une réponse de fermeté.
Ces attaques sont motivées par les actions qu’il mène en tant que maire, estime M.Murgia:
"J’assume la totalité de la politique que je mène et mon soutien à l’action de l’État en matière de sécurité publique".
Il a indiqué attendre une réaction "forte" de l’État, évoquant des intimidations qui "ne modifieront jamais" sa ligne de conduite.
Le procureur de Gap, cité par l’AFP, a dit qu’aucun suspect n’a été identifié pour l’heure.

Des soutiens

Ces actes de violence ont provoqué la réaction de nombreuses personnalités politiques.
Ainsi, le Premier ministre Jean Castex a pris la parole en dénonçant des "actes inqualifiables" qui ne peuvent pas rester "impunis" et en exprimant son soutien à l’élu.
La préfète des Hautes-Alpes, Martine Clavel, a déclaré que "l’incendie de véhicules des services techniques" était "inacceptable" et que celui de la voiture du maire "est intolérable".
Elle a ajouté avoir demandé "un renforcement des patrouilles" et qu’une attention particulière soit portée au domicile des élus sur l’ensemble du département.
En outre, le secrétaire d’État chargé de la Ruralité Joël Giraud a réagi sur Twitter.
Le président de la région PACA Renaud Muselier a à son tour aussi apporté son soutien.
Tout comme Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France.
De plus, l’incident a provoqué les réactions du sénateur des Hautes-Alpes Jean-Michel Arnaud, du maire de Cannes David Lisnard, du maire de Nice Christian Estrosi, ou encore du maire de Saint-Germain-en-Laye Arnaud Péricard, qui ont également adressé quelques mots à Arnaud Murgia.
Relayé par France 3, Jean-Marie Bernard, président du département des Hautes-Alpes, a lui aussi apporté son soutien au maire de Briançon, qui n’avait jamais fait l’objet de menaces avant ces événements, d’après une source proche de l’enquête.
"Je dénonce avec la plus grande fermeté la recrudescence des agressions envers les élus locaux à laquelle nous assistons depuis trop longtemps", a déploré M.Bernard.
Une enquête pour destruction volontaire par moyen dangereux ou incendie a été ouverte.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала