Poutine a réussi à se faire entendre à l'échelle mondiale, selon le Wall Street Journal

© Sputnik . Maksim Blinov / Accéder à la base multimédiaVladimir Poutine
Vladimir Poutine - Sputnik Afrique, 1920, 20.11.2021
S'abonnerTelegram
"L'homme fort russe savoure depuis longtemps les leçons de vie qu'il a apprises dans les rues de Leningrad". Alors que le différend politique entre la Russie et l'Ukraine est loin d'être achevé, le Wall Street Journal souligne que la Russie de Vladimir Poutine est un État qui s'impose.
Il est temps pour les pays occidentaux de renoncer à leur attitude envers la Russie comme une "puissance en déclin et à tout scepticisme persistant quant à sa capacité [celle de Vladimir Poutine, ndlr] à se montrer pertinent sur la scène mondiale", indiquent les auteurs d'un article paru dans le Wall Street Journal.
Selon eux, M. Poutine a modernisé l'armée russe lors de sa présidence et a arrêté l'expansion de l'Otan vers l'Est. Bien que les sanctions occidentales aient mis un frein à l'économie nationale, le commerce du pétrole et du gaz, cruciaux pour le monde entier, continue.
"L'homme fort russe savoure depuis longtemps les leçons de vie qu'il a apprises dans les rues de Leningrad au cours des années 1960, par exemple: 'Si un combat est inévitable, vous devez donner le premier coup de poing'. Il a maîtrisé l'habileté de forcer des puissances beaucoup plus fortes à traiter avec lui à ses propres conditions", indique la tribune.

Difficultés avec l'Ukraine

Évoquant le différend politique de longue date avec l'Ukraine, les auteurs indiquent que le Kremlin considère désormais ce pays comme un porte-avions de l'Otan stationné à sa frontière.
Les tensions ne semblent pas approcher de leur fin, Kiev recevant immanquablement le soutien de l'Occident, plus particulièrement des États-Unis. Or, l'Ukraine continue de fragiliser les accords de Minsk visant à régler pacifiquement le conflit dans le Donbass. Ce samedi, l'ambassade russe à Washington a ainsi appelé la Maison-Blanche à user de son influence sur Kiev pour le pousser à respecter finalement ses engagements.
L'espoir a été donné par la porte-parole de la présidence américaine Jen Psaki, qui a salué la récente déclaration du Président russe sur la nécessité d'un règlement pacifique dans le Donbass en se basant sur les accords de Minsk.

Accusations contre Moscou

La Russie ne cesse cependant d'être accusée de vouloir entamer un conflit militaire en concentrant des troupes près de la frontière avec l'Ukraine. Moscou, de son côté, rejette toutes les accusations de ce genre, et d'assurer n'avoir aucune intention d'attaquer qui que ce soit. En revanche, ces assertions sont utilisées comme prétexte pour déployer toujours plus de matériel militaire de l'Otan près de la Russie, explique le Kremlin.
Le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a souligné que les troupes pouvaient se déplacer à l'intérieur du pays comme bon leur semble et que cela ne menaçait personne.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала