"Ça ressort dans ma création": le renommé chorégraphe français Preljocaj sur ses racines balkaniques

© Sputnik . Vladimir Viatkine / Accéder à la base multimédiaAngelin Preljocaj, pendant les répétitions du Lac des cygnes à Moscou
Angelin Preljocaj, pendant les répétitions du Lac des cygnes à Moscou - Sputnik Afrique, 1920, 20.11.2021
S'abonnerTelegram
Exclusif
Ayant des racines balkaniques et une carrière internationale, le célèbre chorégraphe Angelin Preljocaj voit le multiculturalisme couler dans ses veines, ce qui se reflète dans son œuvre. Auprès de Sputnik, ce descendant de migrants albanais revient sur son enfance en France et évalue le problème de l’immigration dans le monde.
Si on le connaît en tant que chorégraphe de renom, Angelin Preljocaj est issu d’une famille de migrants politiques albanais. Arrivé à Saint-Pétersbourg et Moscou pour offrir au public russe une nouvelle version du légendaire Lac des cygnes, il revient pour Sputnik sur ses racines.
Né et ayant grandi près de Paris, il s’est fait un nom dans le monde de la danse contemporaine française mais n’a jamais perdu le lien avec ses racines. Alors qu’à l’école il parlait la langue de Voltaire, à la maison "on entendait certaines musiques, il y avait certaines traditions" et "on parlait une autre langue", précise-t-il.
Pas étonnant que cette particularité ressorte toujours dans ses créations, au niveau des collaborations internationales ou encore des sujets de ballet traités. Rendant hommage au célèbre entrepreneur Sergueï Diaghilev, créateur de la compagnie des Ballets russes au début du XXe siècle, Angelin Preljocaj avait par exemple mis en scène "Les Noces" et "Le Sacre du Printemps", sur une musique d'Igor Stravinsky.
"Les mariages dans ma famille étaient très étranges, ils n’avaient rien à voir avec les noces en France. Il y a toute une ritualisation dans les mariages des Balkans. […] C’était très bizarre pour un enfant de voir ces différences", se souvient-il. "[Dans "Les Noces" de Stravinsky], il y a quelque chose d’un peu violent. […] Cette musique est vraiment très dramatique. Il y a quelque chose qui est tragique."
"Se poser les bonnes questions"
Sachant que le sujet des migrations ne lui est pas étranger, l’artiste a porté un regard critique sur l’actualité et estime qu’il faut déployer plus d’efforts pour intégrer les étrangers:
"Il vaut mieux essayer de trouver des solutions, essayer d’aider les gens, déjà essayer de les aider là où ils sont, pour ne pas qu’ils migrent et qu’il y ait trop de concentration à un endroit. […] Intégrer les gens c’est un effort".
Face aux processus de migration, "il faut peut-être se poser les bonnes questions", poursuit le chorégraphe. Il lance une pique à l’encontre des États riches, estimant qu’"on exploite les pays pauvres, que ce soit avec des exploitations pétrolifères ou de mines de nickel".
À cet égard, il faut "essayer d’aider les pays les plus pauvres, mais d’une façon réelle et massive, et pas comme on le fait actuellement", en plus d’"accueillir les gens qui sont en danger réel, de mort ou d’emprisonnement".
"En général, je trouve qu’il y a un résonnement qui est un peu étrange dans le monde, c’est celui de penser que mettre des murs et des barrières, ça va arranger les choses. Ça peut arranger les choses pour cinq ans, pour 10 ans, mais à un moment, tout ça va exploser", estime Angelin Preljocaj.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала