UNICEF: les jeunes sont 50% plus susceptibles de penser que le monde s'améliore

© East News/PixtalLe Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). logo
Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). logo - Sputnik Afrique, 1920, 19.11.2021
S'abonnerTelegram
Les enfants et les jeunes sont 50% plus susceptibles de considérer que le monde s’améliore de génération en génération, selon une nouvelle enquête internationale réalisée par l’UNICEF.
Menée en partenariat avec Gallup, l’étude fait ressortir que les enfants et les jeunes refusent de voir le monde de manière "aussi sombre que les adultes".
Publiée à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, cette enquête montre que les jeunes sont également plus susceptibles de juger l’enfance d’aujourd’hui meilleure que celle d’hier, a indiqué la directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Henrietta Fore, citée par les services de presse l'ONU.
Elle a relevé qu’une écrasante majorité des interviewés estime que les enfants sont en meilleure santé, mieux éduqués et plus protégés physiquement que la génération de leurs parents.
La responsable onusienne a toutefois relevé que malgré cet optimisme affiché, les jeunes “sont loin d’être naïfs : ils ne tolèrent plus l’inaction face aux changements climatiques, se montrent critiques vis-à-vis des informations qu’ils consomment sur les réseaux sociaux, et sont confrontés à des épisodes de déprime et d’anxiété”.
Réalisée dans le cadre du projet "L’Enfance en évolution", l’enquête a concerné plus de 21.000 personnes dans 21 pays, tous continents confondus. Les interviewés ont été répartis en deux tranches d’âge (15-24 ans et 40 ans et plus), indique-t-on.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала