- Sputnik Afrique, 1920, 10.11.2021
Crise migratoire Biélorussie-UE
Des milliers de migrants souhaitant se rendre dans l'Union européenne sont bloqués à la frontière avec la Biélorussie, suscitant d'importantes tensions.

Le Drian évalue l’état des relations entre la France et la Russie en pleine crise biélorusse

© Sputnik . Vitali Belooussov / Accéder à la base multimédiaSergueï Lavrov et Jean-Yves Le Drian (archive photo)
Sergueï Lavrov et Jean-Yves Le Drian (archive photo)  - Sputnik Afrique, 1920, 19.11.2021
S'abonnerTelegram
La crise migratoire en Biélorussie a donné un nouveau coup de boutoir aux relations franco-russes, déjà compliquées. Bien que des "divergences profondes" existent, le ministre français des Affaires étrangères a admis que l’Hexagone pourra travailler sur de nombreux points en coordination avec les Russes, "ou au moins échanger pour avancer."
Alors que la crise des migrants à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie se résout peu à peu, mais que l’impasse du format Normandie bat son plein, le chef de la diplomatie française a évoqué les relations franco-russes dans une récente interview au Monde.
Tout comme le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune, Jean-Yves Le Drian a renoncé à l’idée d’accuser la Russie d’avoir instrumentalisé la crise frontalière, comme l’ont fait des responsables polonais.

"Il existe des relations étroites entre la Russie et la Biélorussie. Il faut donc que Poutine puisse agir auprès de Loukachenko pour qu’il arrête cette initiative sordide et criminelle. Ce sont des prises d’otage. Loukachenko est un habitué de cela", a déclaré Le Drian, faisant écho aux déclarations de Clément Beaune.

Il a rappelé la tenue d’une réunion franco-russe des ministres des Affaires étrangères et de la Défense pour souligner l’importance du dialogue.
"Il y a des points sur lesquels il y a des divergences profondes, comme nous l’avons constaté vendredi, sur le Sahel et l’Ukraine. Il y a aussi des points où l’on peut travailler en coordination avec les Russes, ou au moins échanger pour avancer", a souligné le ministre.
Outre ces deux sujets, il a précisé que parmi les thèmes à aborder sont principalement "l’Iran, où nous essayons de reprendre la négociation nucléaire. Ensuite l’Afghanistan, où nous partageons la nécessité d’éviter une résurgence du terrorisme. Ou encore le Caucase, pour poser les jalons d’une paix durable entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan."

Le Drian évalue les actions de la Pologne qui refoule les migrants

Le chef de la diplomatie française a toutefois maintenu sa ligne dans les accusations contre la Biélorussie concernant la crise migratoire qu’il qualifie d’"instrumentalisation de migrants par un dictateur pour essayer de déstabiliser l’Europe" et de "trafic d’êtres humains manipulés".
Interrogé sur la Pologne qui refoule les migrants voulant pénétrer dans l’UE, il a dit n’y voir aucun problème:
"Nous sommes solidaires car il s’agit de la frontière extérieure de l’Europe. Pologne, Lituanie et Lettonie ont la responsabilité d’assurer sa sécurité. Il importe qu’elles le fassent dans le respect du droit. Il est par ailleurs très souhaitable que Frontex puisse être acteur de ce dispositif, puisque l’agence a été créée pour cela".

Discussion franco-russo-allemande

Le 15 novembre, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont échangé au sujet de cette crise avec Vladimir Poutine et son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko.
"Même s'il n'y avait pas de convergence d'analyse sur l'origine de la crise actuelle, le Président russe a dit à Emmanuel Macron qu'il comprend la nécessité d'y mettre fin, en premier lieu par respect humain pour des migrants ainsi instrumentalisés", a indiqué la présidence française.
Le 16 novembre, plus d'un millier de migrants avaient déjà trouvé refuge dans un vaste hangar situé près de la frontière, mais quelque 800 autres, selon Minsk, avaient passé la nuit dehors par des températures inférieures à 0°C dans des tentes ou près de feux de camp.
Ce vendredi, la Biélorussie a annoncé que les migrants d’un camp de fortune à la frontière avec la Pologne avaient été relogés jeudi dans un centre logistique à proximité. Dans le même temps, 431 d’entre eux ont été rapatriés en Irak, la plupart à Erbil, au Kurdistan.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала