Vladimir Poutine définit les priorités de la politique étrangère russe

© Sputnik . Maxim Blinov / Accéder à la base multimédiaLe Kremlin
Le Kremlin  - Sputnik Afrique, 1920, 18.11.2021
S'abonnerTelegram
Vladimir Poutine a nommé les priorités de la politique étrangère russe en mettant l’accent sur les relations avec le Moyen-Orient et l’Afrique. Il a en outre promis d’élargir le partenariat avec la Chine malgré les tentatives de l’Occident de brouiller Moscou et Pékin.
La Russie se fixe comme priorité absolue de développer le dialogue avec tous les pays du Moyen-Orient, mais aussi avec l'Afrique, a déclaré Vladimir Poutine, qui a pris la parole ce jeudi 18 novembre lors d’une assemblée du ministère russe des Affaires étrangères.
"De manière générale, notre priorité inconditionnelle était et reste le développement d'un dialogue véritablement amical, pragmatique et désidéologisé avec tous les États du Moyen-Orient. La Russie entend continuer à accorder une grande attention à la coopération avec les États africains, en lui donnant un caractère global et mutuellement bénéfique", a avancé M.Poutine.
Le Président a également parlé des relations avec la Chine, a regretté l’aggravation des relations avec les pays européens et a tendu la main aux États-Unis, sans oublier de parler de la coopération dans le domaine des vaccins avec les pays d’Amérique latine.

"Les possibilités de coopération se réduisent" avec l’UE

Il est regrettable que les possibilités de coopération avec les pays européens se réduisent, l'Union européenne repousse la Russie par des sanctions et des accusations infondées, selon Vladimir Poutine.
"Quant aux affaires européennes, je ne peux que constater avec regret que les opportunités de coopération se rétrécissent, bien que l'Union européenne reste notre premier partenaire commercial et économique […]. L’UE continue de nous repousser par ses sanctions, actions hostiles et accusations infondées, tout en ignorant les avantages évidents de l'interaction dans les domaines politique, économique et humanitaire", a-t-il détaillé.
Toutefois, la Russie souhaite maintenir des relations de bon voisinage avec l’Europe, puisque "les lignes de clivage sur le continent ne mènent à rien de bon".
"La Russie est, bien entendu, intéressée par le maintien de relations bonnes et constructives avec les États européens, tout dépend de la disposition réciproque des partenaires à établir et promouvoir une coopération équitable et respectueuse", a conclu M.Poutine.

Certaines possibilités de dialogue avec les USA

En ce qui concerne les États-Unis, Vladimir Poutine a estimé que le sommet de Genève avait "ouvert certaines possibilités de dialogue, de nivellement et d'apaisement progressifs des relations russo-américaines", notant que le plus important était que les deux parties "développent de manière cohérente les accords conclus".
En revenant sur les relations entre la Russie et l’Otan qui traversent actuellement une période difficile, le Président russe a souligné leur caractère "inédit".
"Cependant, nos avertissements concernant l’extension de l’Otan notamment vers l'est n’ont pas du tout été pris en compte."
En plus de cela, l’Alliance exacerbe la situation par ses livraisons d’aéronefs en Ukraine et ses manœuvres réalisées en mer Noire, ainsi que dans d’autres régions proches des frontières russes. L’Otan rapproche ouvertement son infrastructure militaire dont certains sites se trouvent déjà à proximité du territoire russe, déplore Vladimir Poutine.
Pour rappel, depuis le 1er novembre, la Russie n’entretient plus de dialogue officiel avec l’Otan, conséquence des multiples expulsions de diplomates russes par l’Alliance.

La Chine et la région Asie-Pacifique

Le Président russe a promis que la Russie et la Chine développeraient leur partenariat malgré les tentatives occidentales de creuser un fossé entre Moscou et Pékin.
"Nos relations bilatérales sont actuellement au plus haut de l’histoire, il s’agit d’un partenariat stratégique universel. On peut les considérer comme un exemple d’une collaboration efficace entre les États au XXIe siècle. Cela ne plaît pas à tout le monde, bien sûr. Certains de nos partenaires occidentaux essaient de creuser un fossé entre Moscou et Pékin", a déclaré M.Poutine.
De plus, il a appelé à intensifier les rapports avec les pays de la région Asie-Pacifique à l’époque où le centre de gravité de la politique internationale bascule vers l’Asie.

La coopération avec l’Amérique latine

Les pays d’Amérique latine se montrent de plus en plus intéressés pour la coopération avec Moscou, surtout en ce qui concerne la fourniture des vaccins russes contre le Covid-19.
"Quant à l'Amérique latine et aux Caraïbes, l'intérêt pour la coopération avec la Russie y a toujours été grand et ne cesse de croître, notamment en lien avec l'aide à grande échelle que nous avons apportée en livrant des vaccins et médicaments pour lutter contre le coronavirus", a expliqué Vladimir Poutine.
Il existe "un cercle de pays" dans cette région du monde avec lesquels la Russie entretient traditionnellement de bonnes relations et "ce cercle s'agrandit", a noté le Président appelant la diplomatie russe à soutenir ce processus.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала