Les Français sont favorables à un confinement obligatoire des non-vaccinés

S'abonnerTelegram
La majorité des Français (59%) sont favorables à un confinement des non-vaccinés, d’après un sondage Elabe pour BFM TV et L’Express, bien que la législation en vigueur ne le permette pas. Pourtant, près de la moitié des personnes interrogées ne veulent plus respecter les gestes barrières de manière stricte.
Le nombre de cas de Covid-19 flambe en Europe, et la France voit aussi ses indicateurs repartir à la hausse. Dans ce contexte, afin de protéger les plus vulnérables, 59% des Français pensent qu’il faut imposer un confinement, mais uniquement pour les non-vaccinés, d’après un sondage Elabe réalisé pour BFM TV et L'Express en partenariat avec SFR auprès de 1.001 adultes entre le 16 et 17 novembre.
Le confinement des non-vaccinés ou des malades n’ayant pas guéri du Covid-19 a été introduit par les autorités autrichiennes le 15 novembre, dont le pays affiche un taux de vaccination relativement bas: 65% de la population a reçu un schéma complet, contre 76,5% en France.
Un confinement "à l’autrichienne" n’est pas envisagé par les autorités françaises.

"Ce n’est pas le choix que nous avons fait en France. La loi en l’état ne permet pas le confinement des non-vaccinés", a fait savoir le 17 novembre Olivier Véran devant les sénateurs.

Concernant le spectre d’un confinement général sur fond de reprise épidémique, la majorité des personnes interrogées (61%) est persuadée que cette mesure ne sera pas introduite dans les prochaines semaines.
Un pronostic cohérent par rapport aux déclarations du porte-parole du gouvernement. En effet, le 16 novembre, Gabriel Attal a catégoriquement rejeté cette possibilité, précisant sur France Inter qu’aucun confinement "n’est prévu aujourd’hui, ni de près ni de loin".

Moins d’envie de masque sur le nez

Alors que la France et nombre d’autres pays font face à la pandémie depuis bientôt deux ans, une certaine lassitude liée à l’imposition des gestes barrières se fait ressentir. Toujours selon le sondage Elabe, 43% des interrogés assurent que dans les prochaines semaines ils ne respecteront pas de manière stricte ces mesures (port du masque, lavage des mains, utilisation de gel hydrologique, distanciation sociale).
Des consignes qu’une majorité de Français ne respecte plus depuis un certain temps, ce qu’atteste un autre sondage, réalisé par IFOP en octobre. Ainsi, 65% des Français disent pratiquer les embrassades et bises sur la joue avec leurs proches amis ou collègues. Une proportion en deçà de celle observée avant le premier confinement (91%), mais qui a quasiment doublé en six mois (+26 points par rapport à mars 2021). Enfin, plus de 59% des interrogés ont déclaré réintégrer la poignée de main dans leurs rites de salutation (contre 22% en mars 2021 et 85% avant la pandémie).
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала