- Sputnik Afrique, 1920, 10.11.2021
Crise migratoire Biélorussie-UE
Des milliers de migrants souhaitant se rendre dans l'Union européenne sont bloqués à la frontière avec la Biélorussie, suscitant d'importantes tensions.

Le Royaume-Uni a envoyé des troupes à la frontière biélorusso-polonaise

© Sputnik / Accéder à la base multimédiaSituation à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, le 8 novembre 2021
Situation à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, le 8 novembre 2021 - Sputnik Afrique, 1920, 18.11.2021
S'abonnerTelegram
Pour aider la Pologne à renforcer sa frontière avec la Biélorussie, le Royaume-Uni y a envoyé un escadron de soldats du corps du génie. Selon le ministère polonais de la Défense, leur "tâche sera de réparer la clôture temporaire à la frontière et de maintenir les liaisons routières le long de la clôture et à son entrée".
La Pologne a déclaré que les tentatives de franchissement de sa frontière avec la Biélorussie avaient augmenté. Afin de faire face à l’afflux de migrants, le ministère polonais de la Défense avait déjà annoncé recourir aux renforts de l’armée britannique. Comme l’a précisé le 18 novembre le ministre Mariusz Blaszczak, le Royaume-Uni a envoyé des troupes du génie à la frontière biélorusso-polonaise.
"La dernière fois que nous nous sommes rencontrés à Bruxelles, c'était fin octobre, Ben [Ben Wallace, le ministre britannique de la Défense ndlr.] m'a demandé comment le Royaume-Uni pourrait soutenir la Pologne, qui était déjà sous attaque hybride à ce moment-là. Au cours de cette réunion, il a été proposé que le Royaume-Uni envoie un escadron de soldats du corps du génie pour soutenir nos sapeurs, et le 11 novembre déjà, un groupe de reconnaissance est arrivé en Pologne et a visité la frontière pendant plusieurs jours, a communiqué avec nos soldats", a déclaré Mariusz Blaszczak.
M. Blaszczak espère que les soldats britanniques arriveront en Pologne en novembre.
Il a expliqué que leur "tâche sera de réparer la clôture temporaire à la frontière biélorusso-polonaise et de maintenir les liaisons routières le long de la clôture et à son entrée".
La construction d’un mur annoncé
Jeudi, les autorités de Minsk affirmaient "qu'environ 7.000 migrants" se trouvaient en Biélorussie, dont plus de 2.000 à la frontière avec la Pologne. Les gardes-frontières polonais ont indiqué pour leur part sur Twitter qu'il y avait eu 501 tentatives de passage mercredi 17 novembre, un chiffre en hausse par rapport aux jours précédents.
Après avoir déployé plus de 20.000 membres des forces de sécurité et érigé une clôture en barbelés contre les migrants, Varsovie compte construire un mur. Le projet devrait être réalisé "au premier semestre de l'année prochaine", selon le vice-ministre de l’Intérieur, Maciej Wonsik.
Le Premier ministre Mateusz Morawiecki a appelé le 14 novembre l'Otan à prendre des "mesures concrètes" face à la crise migratoire, ajoutant que son pays, la Lituanie et la Lettonie pourraient invoquer l'article 4 du traité de l'Atlantique Nord. Celui-ci prévoit que tout pays membre de l'organisation peut à tout moment demander l'ouverture de consultations s'il juge que son intégrité territoriale, son indépendance politique et sa sécurité sont menacées.
M.Morawiecki a déclaré à l'agence de presse officielle polonaise PAP que les nouvelles sanctions envisagées par l'UE pourraient aller jusqu'à "la fermeture complète de la frontière". Selon lui, l'Union devrait participer financièrement à la construction du mur.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала