Le Français Preljocaj réinvente le Lac des cygnes pour le plus grand plaisir des Russes

© Sputnik . Vladimir Viatkine / Accéder à la base multimédia"Le Lac des cygnes", mise en scène d’Angelin Preljocaj, dans le théâtre du Bolchoï
Le Lac des cygnes, mise en scène d’Angelin Preljocaj, dans le théâtre du Bolchoï
 - Sputnik Afrique, 1920, 18.11.2021
S'abonnerTelegram
Exclusif
La décision d’amener en Russie sa mise en scène du Lac des cygnes, œuvre qui est dans "l’ADN" des Russes, a été "ambitieuse", confie à Sputnik le célèbre chorégraphe français Angelin Preljocaj. Même si la barre a été placée haut, la réaction du public dans le théâtre saint-pétersbourgeois accueillant la première a été plus que remarquable.
Malgré la pandémie, Saint-Pétersbourg a reçu en ce mois de novembre la nouvelle édition du festival Diaghilev P.S. marquée par l’arrivée de la troupe d’Angelin Preljocaj depuis Aix-en-Provence. Le chorégraphe français a décidé de revisiter rien de moins que l’illustre ballet Le Lac des cygnes et de l’offrir au public russe. Un risque qui semble avoir porté ses fruits dans le cadre de l’hommage annuel à Diaghilev, entrepreneur de génie, qui, au début du XXe siècle, a fait découvrir le ballet russe au monde entier.
"C’est son territoire [au public russe], c’est son objet, c’est dans son ADN, le Lac des cygnes. Donc, arriver depuis la France et dire ‘Vous allez voir, je vais vous faire une nouvelle version, vous allez être étonnés’, c’est un peu prétentieux, c’est très ambitieux", estime au micro de Sputnik celui pour qui les Ballets russes étaient et restent toujours "un modèle à suivre".
Si le chorégraphe, l’un des plus influents de notre époque, a proposé toute une nouvelle version de la création classique de Marius Petipa sous la musique de Piotr Tchaïkovski, il l’a tout de même fait avec beaucoup de respect envers ces figures emblématiques.
"J’ai essayé de dialoguer avec tous les autres Lacs des cygnes qui m’ont précédé à travers des clins d’œil. […] J’étais très surpris de voir pendant la première que le public réagissait très précisément sur les points que j’avais mis en relation dans mon ballet, alors que même, par exemple, en France, il n’y a pas cette même réaction."
L’artiste évoque les notes d’humour qui, selon lui, ont parfaitement été comprises par le public russe tout le long du spectacle.
"Il y a une vraie culture des Lacs des cygnes en Russie, c’est évident", résume-t-il.
En quoi consiste l’innovation?
La grande première de l’édition classique Petipa-Ivanov du Lac des cygnes s’est déroulée à Saint-Pétersbourg en 1895. Plus de 120 ans plus tard, Angelin Preljocaj place le sujet du célèbre ballet dans un monde industriel de la finance et du business soulevant des problèmes écologiques aigus pour le monde d’aujourd’hui.
"Le ballet s’écoule entre ce monde très urbain, et puis le paysage du lac qui est vraiment un autre monde avec la nature, l’eau, les oiseaux. On trouve ce contraste aussi dans la musique", explique le chorégraphe français d’origine albanaise qui, outre la musique de Tchaïkovski, a eu recours aux créations électroniques du groupe 79D visant à "contrebalancer le côté romantique du lac".
"Qu’est-ce qui se passe avec les lacs aujourd’hui? Je crois qu’avec le réchauffement climatique, les lacs, leurs vapeurs se réduisent, il y a des endroits où les lacs ont complètement disparu", déplore le créateur qui, pour la musique, est également "allé chercher dans toute l’œuvre de Tchaïkovski, à travers des symphonies, des concertos, d’autres morceaux" dont il avait besoin "pour illustrer sa dramaturgie".
La disparition de certaines espèces animales est également mise en lumière dans la création de Preljocaj, travaillée tout au long de la pandémie et présentée en France l’année dernière. Le sujet traditionnel s’ancre dans l’actualité contemporaine, lorsque les cygnes habitant le lac meurent suite à l’exploitation d’un gisement de pétrole. Angelin Preljocaj va jusqu’à se demander si, "dans 50 ans, il y aura encore des cygnes".
"En réalité, ces deux éléments sont vraiment en danger. Pour des questions qui sont directement liées à l’économie, au business, au mercantilisme, à l’industrie. […] C’est deux mondes qui s’affrontent, le monde de la nature qui essaye de résister et le monde des êtres humains qui fournit presque des poisons pour ce monde-là", remarque le chorégraphe.
Multiculturalité
Issu d’une famille albanaise arrivée en France en tant que réfugiés politiques, Angelin Preljocaj voit sa vie se passer aux quatre coins du monde, son métier aidant. Il n’est guère surprenant que la création de ce Lac des cygnes ait été une collaboration franco-russe.
L’idée de cette mise en scène appartient à Natalia Metelitsa, directrice du Musée d'État du théâtre et de la musique. Qui plus est, les costumes pour le ballet ont été conçus par le designer russe Igor Tchapourine, avec lequel le Français avait antérieurement travaillé à plusieurs reprises.
"C’est vraiment travailler avec des artistes vivants et créer ensemble", souligne Preljocaj.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала