"Des pierres grosses comme la main": des élèves caillassés en plein cours à Marseille

© AFP 2022 MARTIN BUREAUUne cour de récréation
Une cour de récréation - Sputnik Afrique, 1920, 18.11.2021
S'abonnerTelegram
Des individus cagoulés ont lancé des pierres sur des élèves d’un collège marseillais qui s’entraînaient sur un terrain de sport. Les enseignants ont exercé leur droit de retrait. L’établissement avait déjà connu des violences en février.
Alors que le "carré régalien" promis par Jean-Michel Blanquer pour lutter contre les violences en milieu scolaire se fait attendre, sur le terrain, élèves et enseignants continuent d’être la cible de diverses agressions.
Le collège Jules Ferry de Marseille a récemment été le théâtre d’un caillassage en règle, rapporte France Bleu. Alors qu’elle s’entraînait sur un terrain de sport de l’établissement, une classe a subi des jets de pierres. Deux individus cagoulés se sont introduits sur place et ont sciemment visé les élèves pendant près d’une demi-heure.
Le professeur d’éducation physique et sportive a eu la présence d’esprit de mettre les adolescents à l’abri, évitant un drame. Certaines pierres mesuraient en effet plus d’une quinzaine de centimètres et auraient pu aisément blesser les élèves.
"C'étaient des pierres grosses comme la main d'un adulte [...]. On était vraiment visé. Des caillassages, on en a déjà vus, notre principale adjointe avait déjà reçu une pierre ce qui avait entraîné cinq points de suture", confie l’enseignant à France Bleu.
La classe a finalement été contrainte d’évacuer le terrain. L’agression a par ailleurs été suivie d’un autre incident, en fin de journée. Une nouvelle intrusion a eu lieu à la sortie des cours, deux personnes s’infiltrant dans l’établissement pour rôder autour du bureau de la principale, rapporte France 3.

Failles de sécurité et droit de retrait

La direction du collège a prévenu les équipes mobiles académiques de sécurité (EMAS) suite à ces incidents. Les enseignants ont pour leur part décidé de faire jouer leur droit de retrait.
Ils dénoncent des failles de sécurité au niveau des caméras de surveillance comme des alarmes anti-intrusions. Si le collège est déjà ceinturé d’une clôture, sa hauteur semble aussi laisser à désirer.
"Nous avons bien précisé qu’il y avait les agissements des individus, mais aussi des failles au niveau des systèmes de sécurité, insuffisants ou inexistants […]. Ça fait 15 mois que nous subissons de plus en plus d’actes de caillassages", pointe auprès de France 3 Guy Barisone, autre professeur de sport du collège.
Ce n’est en effet pas la première fois que le collège Jules Ferry est confronté à de telles dérives. En février, le corps enseignant avait déjà exercé son droit de retrait après une flambée des violences dans l’enceinte de l’établissement.
Le 10 février, des dealers s’étaient déjà introduits sur les terrains de sport pour tenter d’échapper à la police. Le même jour, un enseignant avait été agressé par un élève, qui lui avait craché dessus et asséné des coups de pied. Deux autres collégiens avaient été retrouvés en possession d’armes blanches dans leur sac en début d’année.
Ce 15 novembre, une délégation académique a finalement discuté avec les enseignants. Une rencontre au goût amer pour ces derniers, qui se sont vu proposer des sifflets et une corne de brume, en attendant que les systèmes anti-intrusions soient améliorés, rapporte France 3.
Une société de gardiennage et un maître-chien resteront également sur place, le temps que l’établissement soit sécurisé.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала