Affrontement ouvert entre ministres sur l'utilisation du pronom "iel"

© AFP 2022 LUDOVIC MARINÉlisabeth Moreno
Élisabeth Moreno - Sputnik Afrique, 1920, 18.11.2021
S'abonnerTelegram
La ministre chargée de l'Égalité hommes-femmes s’est déclarée sur Franceinfo favorable à l’usage du pronom "iel", à contre-courant du ministre de l’Éducation.
L’entrée du pronom "iel" dans l’édition numérique du Robert continue de diviser. Si le fameux dictionnaire a suscité un tollé par sa décision, il a aussi trouvé quelques partisans.
Sur Franceinfo, Élisabeth Moreno a ainsi encouragé l’usage de ce nouveau pronom, contraction du masculin "il" et du féminin "elle". La ministre chargée de l'Égalité hommes-femmes y voit une forme d’enrichissement de la langue française.
"Pourquoi est-ce si choquant de dire que "iel" est un pronom neutre qui vient enrichir la langue? […] C’est un progrès pour les personnes qui ont envie de se reconnaître dans ce pronom. Je ne vois pas ce que ça enlève à ceux qui n'ont pas envie de l'utiliser", expose-t-elle.
La ministre nie également que les progrès de cette écriture inclusive puissent être le fruit de "l’idéologie LGBT+". Le 16 novembre, le député François Jolivet (LREM) avait pour sa part fustigé une dérive de "l’idéologie woke" dans une lettre adressée à l’Académie française qui dénonçait cette consécration du pronom "iel".

Blanquer en porte-à-faux

Les propos d’Élisabeth Moreno sont symptomatiques d’une cacophonie gouvernementale sur le sujet, puisque Jean-Michel Blanquer ayant pris une position radicalement inverse la veille.
Le ministre de l’Éducation s’était en effet associé à la plainte du député François Jolivet auprès de l’Académie française. Il avait en outre déclaré que l’écriture inclusive n’était "pas l’avenir de la langue française" et ne devait pas perturber l’apprentissage des élèves.
Interrogée sur cette différence de vision, Élisabeth Moreno a déclaré n’avoir aucun souci avec son collègue avec qui elle échange "très régulièrement". Elle a insisté sur la dimension éducationnelle du discours de Jean-Michel Blanquer qui parlait surtout des difficultés posées par l’écriture inclusive aux élèves.
"Jean-Michel Blanquer a dit quelque chose de très précis. Il a parlé du fait que l’écriture inclusive peut parfois exclure alors même qu’elle cherche à inclure", tempère la ministre sur Franceinfo.
Une demi-vérité, puisque Jean-Michel n’a jamais caché son désamour profond pour l’écriture inclusive, bien au-delà des bancs de l’école. En 2017, sur France 3, le ministre de l’Éducation avait même jugé "très laide" cette utilisation du français.

Pas un coup d’essai pour Le Robert

Quant au Le Robert, il assume avoir fait rentrer "iel" dans ses pages. Le dictionnaire, qui se veut "inclusif", a constaté que l’usage du pronom "prenait de l’ampleur", souligne auprès du Figaro Marie-Hélène Drivaud, lexicographe au Robert.
La collection n’en est d’ailleurs pas à son premier coup d’essai et a parfois été pointée du doigt pour suivre trop facilement les modes. Les mots "cisgenre", "transphobie" ou "queer" ont notamment été intronisés ces dernières années.
Côté anglicismes, Le Robert a parfois eu la main lourde, comme en témoignent les récentes arrivées des termes "brainstormer", "CrossFit" ou "storytelling".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала