WikiLeaks: plusieurs députés français se mobilisent pour Julian Assange

© Sputnik . Oxana BobrovitchJean Lassalle et Jean-Luc Mélenchon lors d'une rencontre avec John Shipton à l'Assemblée Nationale
Jean Lassalle et Jean-Luc Mélenchon lors d'une rencontre avec John Shipton à l'Assemblée Nationale - Sputnik Afrique, 1920, 17.11.2021
S'abonnerTelegram
Au Palais-Bourbon, John Shipton, le père de Julian Assange, a rencontré les 39 députés qui souhaitent octroyer l’asile politique au fondateur de WikiLeaks. Toutes les possibilités sont envisagées. Et même de le naturaliser français.
Le père de Julian Assange en tournée française. John Shipton a été reçu à l’Assemblée nationale cette semaine. Celui qui ne cesse de faire le tour du monde afin d’obtenir la libération de son fils salue l’initiative de 39 députés français appelant à accorder au lanceur d’alerte l’asile en France. Après avoir passé sept ans à l’ambassade d’Équateur à Londres, Julian Assange est détenu depuis deux ans et demi dans la prison britannique de Belmarsh.
Le temps presse… La justice britannique examine la demande d’extradition formulée par les États-Unis.
En conférence de presse le 16 novembre, Jean Lassalle, député du groupe Libertés et Territoires, a souligné le caractère "douloureux et dramatique mais aussi exceptionnel" de la situation du "résistant de notre temps". Le lanceur d’alerte encourt 175 ans de prison aux États-Unis pour avoir rendu publics des documents classifiés.
"Quel est le seul crime que Julian Assange ait commis? Divulguer des vérités, notamment sur les guerres américaines en Irak et Afghanistan. […] En l’accueillant, nous marquerons la liberté de notre pays. Nous réclamons que la France accorde le droit d’asile à Julian Assange", clame François Ruffin, député La France insoumise.
Qualifiant le procès du lanceur d’alerte de "politique", Stella Moris, la compagne de Julian Assange, a appelé à en finir avec cette injustice. "Il a dénoncé la torture et maintenant, c’est à son tour d’être torturé", déplore la mère de ses deux enfants.
"Le phénomène mondial qu’il a déclenché avec la publication d’un certain nombre de documents a résolument changé le cours des choses. [Si on laisse faire, ndlr] Julian Assange s’en ira aux États-Unis où il a déjà connu des tortures psychologiques et risque bien pire", a insisté Jean Lassalle.
Le 27 octobre dernier, le jour de l’ouverture du procès en appel concernant l’extradition de Julian Assange, une proposition de résolution a été déposée à l’Assemblée nationale.

Citoyen français, Assange serait plus protégé

"La France doit l’asile à Julian Assange", lit-on dans la résolution signée par les députés de différents groupes politiques, aussi bien de la gauche, du centre que de la droite. Une idée est née dans les coulisses de la conférence de presse, initiée par Viktor Dedaj, responsable du Grand Soir, un site Internet d'informations "anti-impérialiste": "Et si on accordait à Assange la nationalité française?"
Une manifestation en soutien à Julian Assange se tient à Paris, le 7 septembre 2020 - Sputnik Afrique, 1920, 15.11.2021
"Ce serait honorable pour la France d’offrir l’asile à Julian Assange", plaide son père
"S’il faisait une demande [de naturalisation, ndlr], à partir de ce moment, nous serions une partie prenante de la dispute, parce que ce serait un de nos citoyens. Ce qui changerait les rapports avec les États-Unis", détaille Jean-Luc Mélenchon, président du groupe La France insoumise à l'Assemblée nationale.
Affirmant qu’"il y a toujours eu un appui pour Julian Assange et une compréhension trans-partisane des combats qu’il mène", le leader des insoumis a précisé qu’aucune procédure ou date définitive n'est encore fixée pour que la résolution soit débattue en séance au Palais-Bourbon.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала