Magie noire et exorcisme: le match Algérie-Burkina Faso tourne à l’absurde

© Photo Pixabay / jarmolukBallon de football
Ballon de football - Sputnik Afrique, 1920, 17.11.2021
S'abonnerTelegram
L’Algérie a accusé le Burkina Faso d’avoir pratiqué la magie noire avant un match d’éliminatoires pour la Coupe du monde. De telles superstitions refont parfois surface lors des matchs à enjeux en Afrique.
Alors que les premiers qualifiés pour la Coupe du monde de football 2022 sont désormais connus en Europe, les matchs à suspens continuent de s’enchaîner en Afrique. Et certaines équipes semblent véritablement prêtes à tout pour s’arracher les derniers billets pour le Qatar.
Ce 16 novembre, l’avant-match entre l’Algérie et le Burkina Faso disputé au stade Mustapha-Tchaker de Blida, à 40 km d’Alger, a ainsi basculé dans le paranormal. L’encadrement algérien aurait en effet accusé l’adversaire d’avoir eu recours à la magie noire sur la pelouse du stade, rapporte le journaliste de DZ Foot Walid Ziani.
Une accusation parfaitement sérieuse, puisque les Fennecs auraient fait appel à un exorciste pour conjurer le mauvais œil!
Si des vidéos détournées sont apparues sur les réseaux sociaux, les agissements de la sélection burkinabè ne sont pourtant pas clairement établis, selon notre correspondant sur place. Les rumeurs de sorcelleries ressurgissent d’ailleurs fréquemment lorsque l’Algérie rencontre des sélections d’Afrique subsaharienne.
La rencontre avait déjà été placée sous le signe du bizarre la veille. Lors de l’entraînement, les joueurs burkinabè ont en effet décidé de se changer sur la pelouse, jugeant trop vétustes les vestiaires du stade algérien de Blida.
Le match a finalement pu se jouer sans incident, se soldant par un nul 2:2. Un score qui permet à l’Algérie de porter sa série d'invincibilité à 33 matchs sans défaite. Les Fennecs se qualifient ainsi pour les barrages et conservent une chance de voir le Qatar en novembre 2022.

Des incidents récurrents

Les accusations de sorcellerie lors de match de football ne sont pas rares en Afrique. En janvier, le sélectionneur du Zimbabwe, Zdravko Logarusic, avait aussi reproché au Cameroun d’avoir eu recours à la magie noire. Un cadavre de chauve-souris avait en effet été retrouvé sur la pelouse, quelques minutes avant le match entre les deux équipes, comptant pour le Championnat d'Afrique des nations (CHAN).
Au Rwanda, la Fédération de football a même très officiellement interdit les pratiques de sorcellerie dans son championnat, en 2016. Un joueur du Rayon Sport, l’une des principales équipes du pays, avait notamment été accusé d’avoir ensorcelé le but adverse lors d’une rencontre, en se précipitant vers le poteau pour y déterrer un objet.
Un geste qui lui avait valu d’être poursuivi sur le terrain par ses adversaires du jour. Ironie du sort: il avait réussi à marquer quelques minutes plus tard!
Le joueur avait par la suite rejeté la faute sur le gardien adverse, l’accusant d’avoir lui-même enterré un grigri près de ses cages.
En juillet 2020, l’international ghanéen Derek Boateng avait également dénoncé la pratique d’une forme de magie noire, le "juju", au sein de sa sélection nationale.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала