Dati suggère à Hidalgo d’"arrêter le crack" après ses propos sur la dette climatique de Paris

© AFP 2022 THOMAS COEXRachida Dati
Rachida Dati - Sputnik Afrique, 1920, 17.11.2021
S'abonnerTelegram
Se vantant du bilan écologique de sa ville au Conseil de Paris, Anne Hidalgo a été visée par une pique de son opposante Rachida Dati. Cette dernière se montre également très critique envers la gestion budgétaire de la mairie.
Une remarque qui en dit long sur les relations entre les deux femmes. Mardi 16 novembre, la maire Anne Hidalgo a ouvert le Conseil de Paris avec un satisfecit sur son bilan écologique. Elle estime que "nous remboursons notre dette climatique", suggérant que ses mesures en matière d’environnement sont suffisantes.
"Il faut arrêter le crack", réagit aussitôt Rachida Dati, en référence à la gestion critiquée des toxicomanes dans la ville. Comme le montre un montage vidéo de l’émission Quotidien, la cheffe du groupe d’opposition Changer Paris n’a eu de cesse de lancer des réflexions lors de l’allocution de l’édile socialiste, laquelle a poursuivi malgré tout.
Elle dénonce notamment la dette de la ville et la saleté des trottoirs alors que la capitale dispose d’un budget de plus de huit milliards d’euros pour l’année 2021. Mme Hidalgo, en début de séance, avait demandé à ce que le micro de son opposante reste ouvert pour que les Parisiens puissent "profiter des paroles de Mme Dati".
L’éditorialiste politique Renaud Pila prédit que la candidate malheureuse aux municipales de 2020 "ne lâchera plus les coups contre la maire de Paris pour essayer de devenir maire la prochaine fois", "persuadée que Hidalgo a fait l’erreur de se lancer dans une présidentielle où elle avait tout à perdre".

Paris sous tutelle?

Dans un entretien au Parisien publié le 12 novembre, Rachida Dati attaque déjà son opposante sur plusieurs fronts, que ce soit la gestion du budget, la propreté, le projet de la tour Triangle ou son lancement dans la campagne présidentielle. Elle y annonce également avoir écrit pas moins de cinq courriers, y compris au ministre de l’Économie Bruno Le Maire, concernant un "détournement de procédure" "pour cacher son déficit et sa dette", qu’elle estime à "plus de sept milliards d’euros".
Dans l’une de ses lettres, dont des extraits ont été révélés dans Le Figaro, elle souligne le "problème important et récurrent d’exactitude des prévisions de recettes dans lequel semble se complaire" la mairie, doutant de la "sincérité budgétaire de l’édile". Elle réclame ainsi "un contrôle particulièrement attentif des prochaines orientations budgétaires, financières et comptables de la Ville de Paris". Elle n’exclut pas que la Cour des comptes en vienne à mettre la capitale "sous tutelle financière".

Prises de bec

En mars dernier, Anne Hidalgo s’était déjà plainte par courrier des "interventions hors micro" et des "vociférations et propos volontairement agressifs ou méprisants" de Mme Dati et de son groupe au Conseil de Paris. L’ancienne garde des Sceaux lui avait alors rappelé les accusations de violences sexuelles visant plusieurs élus de gauche à la mairie ainsi que la déclaration polémique de son adjointe Audrey Pulvar sur les réunions "non mixtes". D’après Le Parisien, les relations entre les deux femmes se sont exacerbées depuis la campagne municipale de 2020.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала