- Sputnik Afrique, 1920, 10.11.2021
Crise migratoire Biélorussie-UE
Des milliers de migrants souhaitant se rendre dans l'Union européenne sont bloqués à la frontière avec la Biélorussie, suscitant d'importantes tensions.

Jets de pierres, lacrymogènes, canons à eau: tensions à la frontière Biélorussie-Pologne - vidéo

© REUTERS / MON / HandoutDes centaines de migrants à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne
Des centaines de migrants à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne - Sputnik Afrique, 1920, 16.11.2021
S'abonnerTelegram
La situation se dégrade à la frontière biélorusso-polonaise ce 16 novembre, émaillée par des tensions entre migrants et forces de l’ordre polonaises. Visée par des projectiles, la police a répliqué avec des tirs de gaz lacrymogènes, des canons à eau et des jets de grenades assourdissantes pour bloquer le passage sur son territoire.
La crise des migrants à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie bat son plein ce 16 novembre. Les forces de l’ordre polonaises ont déployé un dispositif important pour disperser la foule qui les attaque.
Répondant aux jets de pierres et d’autres projectiles, ainsi qu'aux tentatives de franchir la frontière, la police a fait usage des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des grenades assourdissantes, ont déclaré des correspondants de Sputnik. Filmée en direct, une vidéo permet de suivre la situation.
Les faits se déroulent près du point de passage de Bruzgi.
Dans le même temps, les gardes-frontières polonais ont publié une vidéo indiquant que "des étrangers" jetaient des pierres et des objets "qui dégagent de la fumée" sur les services polonais.
Selon la police polonaise, un agent a été gravement blessé au crâne. Il est pris en charge par les secours.
Vers 14h (heure locale), les migrants ont cessé leur tentatives de franchir la frontière. Les forces polonaises ont également stoppé leurs actions.
Des forces d’unités spéciales biélorusses sont arrivées sur les lieux, a déclaré un correspondant de Sputnik. Pour l’heure, elles ne font qu’observer la situation sans réagir.

Situation à la frontière

L’afflux des migrants tentant de regagner l’Europe occidentale via la frontière biélorusso-polonaise a fortement augmenté depuis l’été. Ils sont principalement originaires d’Afrique et du Moyen-Orient.
Ils ont reçu une aide humanitaire, notamment de l’eau, de la nourriture, du bois pour de chauffer et des vêtements chauds. Chaque jour, de nouveaux groupes de migrants débarquent sur les lieux, selon les autorités biélorusses.
Certains livrent leur intention de se rendre en Allemagne via la Pologne. Ils tentent de prendre d’assaut des barrages, mais les forces de l'ordre polonaises ne les laissent pas passer.
Au total, 223 tentatives d'entrée illégale ont été recensées le 16 novembre par la police polonaise.

Les tensions politiques montent

Les tensions ont commencé le 8 novembre lorsque près de 2.000 personnes y ont installé un campement. Les forces de l’ordre ont réprimé plusieurs tentatives de violation de la frontière, notamment par des tirs de gaz lacrymogènes.
Le Premier ministre polonais a accusé Vladimir Poutine d'orchestrer la crise des migrants, le Président biélorusse Alexandre Loukachenko n’étant que "l'exécutant de la dernière attaque".
La Biélorussie a dénoncé des accusations "sans fondement", jugeant que la Pologne, membre de l'UE, violait les droits de l'homme en ne laissant pas entrer les migrants sur son territoire.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала