Des bandes rivales s’affrontent à la patinoire de Nice - vidéo

Patinoire - Sputnik Afrique, 1920, 16.11.2021
S'abonnerTelegram
Des bandes rivales se sont donné rendez-vous à la patinoire de Nice pour régler leurs différends. La ville a porté plainte et l’établissement va désormais accueillir moins de public, relate France 3.
Quelques jours après l’envahissement du palais omnisports de Marseille, de nouveaux équipements sportifs ont été pris d’assaut et dégradés par des bandes de jeunes. Cette fois-ci, c’est la patinoire Jean-Bouin de Nice qui a fait les frais d’une intrusion en masse, rapporte France 3.
Le 12 novembre, plusieurs groupes d’individus ont en effet tenté de s’introduire dans l’enceinte sportive, déjà occupée par plus de 700 patineurs.
Refoulés à l’entrée, certains ont sauté par-dessus les clôtures vitrées pour pénétrer dans l’établissement. Ils se sont ensuite rendus sur la glace en simples baskets. Plusieurs vidéos de l’incident ont circulé sur TikTok.
@.raaniaa Des sauvages😭😭😭 #pourtoi #patinoire #nice ♬ Monkeys Spinning Monkeys - Kevin MacLeod
Le même scénario s’est d’ailleurs répété le lendemain. L’énorme affluence n’était pas la seule source de tensions, puisque certains individus s’étaient clairement passé le mot sur les réseaux sociaux pour en découdre.

"Nous avons eu à déplorer deux incidents, un vendredi, un samedi, à la patinoire de Jean-Bouin qui rencontre une fréquentation inhabituelle, où des jeunes semblent s'être donné rendez-vous sur les réseaux sociaux pour régler des comptes, entre eux, au sein de la patinoire", explique à France 3 Anthony Borré, premier adjoint au maire de Nice.

La police est finalement intervenue et a essuyé des jets de projectiles. Huit individus ont été appréhendés, dont plusieurs mineurs. La patinoire a dû être évacuée. La ville a décidé de porter plainte.
Pour éviter de nouveaux débordements, l’établissement va désormais baisser sa jauge d’accueil de 800 à 600 personnes. Les dispositifs de sécurité seront également renforcés.

Une nouvelle mode?

Ce fait divers est à rapprocher de celui du palais omnisports de Marseille, dégradé par plusieurs centaines de jeunes le 6 novembre. Le complexe sportif, qui abrite lui aussi deux patinoires, avait été saccagé, entraînant une intervention policière tendue. Là encore, l’idée du rassemblement était partie des réseaux sociaux.
"C'est une nouvelle mode qui existe à mon sens au-delà de Nice, affirme d’ailleurs Anthony Borré à France 3. Ils se donnent rendez-vous sur les réseaux sociaux pour se taper dessus".
Un phénomène similaire avait été entrevu durant l’été 2020, lorsque plusieurs rixes avaient éclaté sur des bases de loisirs franciliennes. À Étampes, une bagarre générale impliquant plus de 200 personnes avait notamment eu lieu. Les images avaient été abondamment commentées sur les réseaux sociaux.
Les violences entre bandes étaient également revenues sur le tapis en début d’année, après plusieurs affrontements dans l’Essonne qui avaient d’ailleurs coûté la vie à deux adolescents de 14 ans.
Au vu du nombre de mineurs impliqués dans ces incidents, certains avaient avancé l’idée de supprimer les aides sociales aux parents des protagonistes. Proposition repoussée par l’exécutif.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала