Migrants à la frontière biélorusso-polonaise

S'abonnerTelegram
Des milliers de migrants originaires du Moyen-Orient restent bloqués à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne.
Lundi, ils ont réussi à franchir des barrières depuis le côté biélorusse, mais ont été arrêtés par les gardes-frontières polonais, qui ont d’abord tendu des fils barbelés devant eux, puis utilisé du gaz lacrymogène, des canons à eau et des grenades assourdissantes.
Découvrez les images des réfugiés bloqués à deux pas de l’Europe prospère dans ce diaporama de Sputnik.
© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Lundi 15 novembre, des migrants originaires d’Irak, de Syrie, du Yémen et d’Afghanistan ont quitté leur camp de tentes installé dans une forêt pour se diriger vers le passage frontalier de Brouzgi-Kuznica, où ils ont franchi les barrières du côté biélorusse, mais ont été arrêtés par les gardes-frontières polonais.

Lundi 15 novembre, des migrants originaires d’Irak, de Syrie, du Yémen et d’Afghanistan ont quitté leur camp de tentes installé dans une forêt pour se diriger vers le passage frontalier de Brouzgi-Kuznica, où ils ont franchi les barrières du côté biélorusse, mais ont été arrêtés par les gardes-frontières polonais. - Sputnik Afrique
1/10

Lundi 15 novembre, des migrants originaires d’Irak, de Syrie, du Yémen et d’Afghanistan ont quitté leur camp de tentes installé dans une forêt pour se diriger vers le passage frontalier de Brouzgi-Kuznica, où ils ont franchi les barrières du côté biélorusse, mais ont été arrêtés par les gardes-frontières polonais.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

En ce moment, environ 2.000 personnes se trouvent devant le passage frontalier Brouzgi-Kuznica. Parmi eux, de nombreuses femmes enceintes et de jeunes enfants.

En ce moment, environ 2.000 personnes se trouvent devant le passage frontalier Brouzgi-Kuznica. Parmi eux, de nombreuses femmes enceintes et de jeunes enfants. - Sputnik Afrique
2/10

En ce moment, environ 2.000 personnes se trouvent devant le passage frontalier Brouzgi-Kuznica. Parmi eux, de nombreuses femmes enceintes et de jeunes enfants.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Les réfugiés continuent de tenter de traverser la frontière par un temps glacial. Il a été récemment rapporté que les militaires polonais, qui avaient tenté de les arrêter, avaient utilisé du gaz lacrymogène, des canons à eau et des grenades assourdissantes. En réponse, des pierres et des branches leur avaient été jetées depuis le côté biélorusse.

Les réfugiés continuent de tenter de traverser la frontière par un temps glacial. Il a été récemment rapporté que les militaires polonais, qui avaient tenté de les arrêter, avaient utilisé du gaz lacrymogène, des canons à eau et des grenades assourdissantes. En réponse, des pierres et des branches leur avaient été jetées depuis le côté biélorusse. - Sputnik Afrique
3/10

Les réfugiés continuent de tenter de traverser la frontière par un temps glacial. Il a été récemment rapporté que les militaires polonais, qui avaient tenté de les arrêter, avaient utilisé du gaz lacrymogène, des canons à eau et des grenades assourdissantes. En réponse, des pierres et des branches leur avaient été jetées depuis le côté biélorusse.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Depuis qu’un certain nombre de pays européens ont fermé leurs frontières après la crise migratoire de 2015, la Biélorussie est devenue presque le seul moyen pour les réfugiés d’entrer dans l’UE. Au début, les gardes-frontières laissaient passer les réfugiés et les envoyaient dans des centres spéciaux, mais tout a changé lorsque des centaines, puis des milliers de migrants ont commencé à arriver chaque jour. La Pologne et la Lituanie ont cessé de laisser entrer les arrivants et ont renforcé leur frontière avec des clôtures en fil de fer barbelé.

Depuis qu’un certain nombre de pays européens ont fermé leurs frontières après la crise migratoire de 2015, la Biélorussie est devenue presque le seul moyen pour les réfugiés d’entrer dans l’UE. Au début, les gardes-frontières laissaient passer les réfugiés et les envoyaient dans des centres spéciaux, mais tout a changé lorsque des centaines, puis des milliers de migrants ont commencé à arriver chaque jour. La Pologne et la Lituanie ont cessé de laisser entrer les arrivants et ont renforcé leur frontière avec des clôtures en fil de fer barbelé. - Sputnik Afrique
4/10

Depuis qu’un certain nombre de pays européens ont fermé leurs frontières après la crise migratoire de 2015, la Biélorussie est devenue presque le seul moyen pour les réfugiés d’entrer dans l’UE. Au début, les gardes-frontières laissaient passer les réfugiés et les envoyaient dans des centres spéciaux, mais tout a changé lorsque des centaines, puis des milliers de migrants ont commencé à arriver chaque jour. La Pologne et la Lituanie ont cessé de laisser entrer les arrivants et ont renforcé leur frontière avec des clôtures en fil de fer barbelé.

© REUTERS / Marko Djurica

De nombreux migrants illégaux parviennent cependant à franchir la frontière. On signale régulièrement des décès du côté polonais. La plupart sont morts d’hypothermie ou d’épuisement. Récemment, le corps d’un migrant syrien de 19 ans a été repêché dans le Boug, rivière qui constitue une frontière naturelle notamment entre la Biélorussie et la Pologne.

Sur la photo: les obsèques du migrant syrien de 19 ans qui s’est noyé dans le Boug, dans le village de Bohoniki, en Pologne.

De nombreux migrants illégaux parviennent cependant à franchir la frontière. On signale régulièrement des décès du côté polonais. La plupart sont morts d’hypothermie ou d’épuisement. Récemment, le corps d’un migrant syrien de 19 ans a été repêché dans le Boug, rivière qui constitue une frontière naturelle notamment entre la Biélorussie et la Pologne.Sur la photo: les obsèques du migrant syrien de 19 ans qui s’est noyé dans le Boug, dans le village de Bohoniki, en Pologne. - Sputnik Afrique
5/10

De nombreux migrants illégaux parviennent cependant à franchir la frontière. On signale régulièrement des décès du côté polonais. La plupart sont morts d’hypothermie ou d’épuisement. Récemment, le corps d’un migrant syrien de 19 ans a été repêché dans le Boug, rivière qui constitue une frontière naturelle notamment entre la Biélorussie et la Pologne.

Sur la photo: les obsèques du migrant syrien de 19 ans qui s’est noyé dans le Boug, dans le village de Bohoniki, en Pologne.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

La Pologne fait état de 10 morts, mais les militants des droits de l’homme estiment que les victimes sont bien plus nombreuses et que la situation ne fera qu'empirer, l’hiver qui arrive menaçant de provoquer une véritable crise humanitaire.

La Pologne fait état de 10 morts, mais les militants des droits de l’homme estiment que les victimes sont bien plus nombreuses et que la situation ne fera qu'empirer, l’hiver qui arrive menaçant de provoquer une véritable crise humanitaire. - Sputnik Afrique
6/10

La Pologne fait état de 10 morts, mais les militants des droits de l’homme estiment que les victimes sont bien plus nombreuses et que la situation ne fera qu'empirer, l’hiver qui arrive menaçant de provoquer une véritable crise humanitaire.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Dans le même temps, la Pologne, n’autorisant pas les journalistes non plus que les organisations humanitaires ou les fonctionnaires de l’UE à entrer dans la zone frontalière, rend difficile l’évaluation de la situation par des experts indépendants.

Dans le même temps, la Pologne, n’autorisant pas les journalistes non plus que les organisations humanitaires ou les fonctionnaires de l’UE à entrer dans la zone frontalière, rend difficile l’évaluation de la situation par des experts indépendants. - Sputnik Afrique
7/10

Dans le même temps, la Pologne, n’autorisant pas les journalistes non plus que les organisations humanitaires ou les fonctionnaires de l’UE à entrer dans la zone frontalière, rend difficile l’évaluation de la situation par des experts indépendants.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Les organisations de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International et la Fondation Helsinki pour les droits de l’homme, accusent la Pologne de repousser illégalement les migrants ayant traversé la frontière vers la Biélorussie.

Les organisations de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International et la Fondation Helsinki pour les droits de l’homme, accusent la Pologne de repousser illégalement les migrants ayant traversé la frontière vers la Biélorussie. - Sputnik Afrique
8/10

Les organisations de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International et la Fondation Helsinki pour les droits de l’homme, accusent la Pologne de repousser illégalement les migrants ayant traversé la frontière vers la Biélorussie.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

En Allemagne, qui est la destination finale de la plupart de ces migrants, le transport des réfugiés vers les frontières de l’UE a été qualifié de "trafic d’État" et le Président biélorusse, Alexandre Loukachenko, pointé du doigt.

En Allemagne, qui est la destination finale de la plupart de ces migrants, le transport des réfugiés vers les frontières de l’UE a été qualifié de "trafic d’État" et le Président biélorusse, Alexandre Loukachenko, pointé du doigt. - Sputnik Afrique
9/10

En Allemagne, qui est la destination finale de la plupart de ces migrants, le transport des réfugiés vers les frontières de l’UE a été qualifié de "trafic d’État" et le Président biélorusse, Alexandre Loukachenko, pointé du doigt.

© REUTERS / Territorial Defence Forces/

Néanmoins, trois villes allemandes –Munich, Erlangen et Nuremberg– ont exprimé leur volonté d’accueillir des réfugiés se trouvant à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie.

Néanmoins, trois villes allemandes –Munich, Erlangen et Nuremberg– ont exprimé leur volonté d’accueillir des réfugiés se trouvant à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. - Sputnik Afrique
10/10

Néanmoins, trois villes allemandes –Munich, Erlangen et Nuremberg– ont exprimé leur volonté d’accueillir des réfugiés se trouvant à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала