"Pas de quartiers perdus pour la République": Darmanin annonce des renforts en Île-de-France

© AP Photo / Michel EulerGérald Darmanin
Gérald Darmanin - Sputnik Afrique, 1920, 15.11.2021
S'abonnerTelegram
Dans le contexte de la lutte contre le trafic de stupéfiants, l’Île-de-France va bénéficier de près de 600 policiers et gendarmes supplémentaires dans les "quatre prochains mois". Une annonce faite par Gérald Darmanin qui évoque 384 points de deal "définitivement éliminés" sur les 3.952 recensés en France fin 2020.
Lors d’un déplacement le 14 novembre au commissariat d’Argenteuil (Val-d’Oise), Gérald Darmanin a annoncé une augmentation "très importante" du nombre de policiers et de gendarmes dans les "quatre prochains mois" en Île-de-France.

"Il y a des quartiers difficiles, mais pas de quartiers perdus pour la République", a-t-il déclaré, précisant que près de 600 policiers et gendarmes supplémentaires seront déployés dans la région au premier semestre 2022.

Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs annoncé sur Twitter que l’Île-de-France bénéficiera au total de plus de 1.500 policiers et gendarmes supplémentaires sur le quinquennat.
Un renforcement qui s’explique par la lutte contre le trafic de drogue. Gérald Darmanin a d’ailleurs souligné "beaucoup plus d’actions dans ce cadre depuis le début de l’année".
D’après les chiffres "impressionnants" cités par "le premier flic de France", les saisies de cannabis ont progressé de 20% par rapport à l’an dernier, soit une hausse de 14 tonnes. En outre, sept tonnes de cocaïne supplémentaires ont été saisies par les forces de l’ordre qui constatent une augmentation de 80% depuis le 1er janvier 2021. "Et plus de 9.000 trafiquants ont été arrêtés en Île-de-France, soit une progression de 40%", ajoute Gérald Darmanin.

"Nous comptons 87 points de deal supprimés en Île-de-France, même s’il reste beaucoup de travail", concède-t-il. "Nous allons aussi nous concentrer sur les nouvelles formes de commerce, la vente de stupéfiants par Internet et la livraison à domicile. Mais il faut d’abord effacer ce trafic au pied des immeubles, près des crèches et des écoles."

Les mesures prises

La lutte contre le trafic de drogue en France est l’un des sujets importants pour le gouvernement.
Ce fléau touche particulièrement Marseille, avec 10 à 15 millions d'euros de chiffre d'affaires chaque mois, selon BFM TV.
En 2020, à peine nommé ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin s’est penché sur la lutte contre ce trafic. Cette lutte "sera notre première priorité" et "doit être l’alpha et l’oméga de toutes nos interventions", promettait-il en septembre de la même année dans une interview au Parisien.
En mars, Gérald Darmanin a annoncé l’ouverture d’une plateforme pour signaler aux forces de l’ordre les points de deal. En déplacement à Marseille en mai, il a promis une amende de 135 euros aux guetteurs et autres petits collaborateurs des trafiquants.
Le 7 octobre, il a également annoncé la création de nouveaux "quartiers témoins", avec des renforts de policiers et de gendarmes à travers le pays.
Enfin, le 1er septembre, Emmanuel Macron a annoncé un plan de 150 millions d’euros pour permettre aux fonctionnaires de mieux sécuriser la ville en plus du financement de 500 caméras vidéo et du renfort de 200 policiers d’ici la fin 2022.
Sur les 3.952 points de deal recensés en France par l’Intérieur fin 2020, 384 ont été "définitivement éliminés", dont 87 en Île-de-France, a assuré ce 15 novembre sur CNews Gérald Darmanin.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала