Qui ment? Rien ne va plus entre BFM TV et le porte-parole du RN

© AFP 2022 SEBASTIEN BOZONJulien Odoul
Julien Odoul - Sputnik Afrique, 1920, 12.11.2021
S'abonnerTelegram
Julien Odoul est pris dans la tourmente médiatique après ses échanges houleux sur BFM TV avec le présentateur Olivier Truchot, qui ont débouchés sur des accusations réciproques de dérapage et de fake news. À l’origine, la question des migrants coincés en Biélorussie.
Dérapage, déformation de propos ou mauvaise compréhension? Les propos de Julien Odoul sur la situation aux frontières orientales de l’UE suscitent la polémique.
Invité sur le plateau de BFM TV le 11 novembre, le porte-parole du RN et conseiller municipal de Sens s’est exprimé sur la situation des migrants arrivés en Biélorussie pour traverser la frontière avec la Pologne et ainsi rejoindre l’UE.
"Le devoir de l’Europe, c’est d’abord et avant tout de protéger avec beaucoup d’humanité les peuples européens, de les protéger et de leur garantir un droit fondamental, le droit de rester eux-mêmes. Il ne faut certainement pas ouvrir cette frontière. Il ne faut certainement pas accueillir ces migrants dont beaucoup sont potentiellement dangereux ", estime Julien Odoul.
"Donc on les laisse mourir de froid…", l’interrompt le présentateur Olivier Truchot.
Puis le brouhaha gagne le plateau. Julien Odoul poursuit alors son discours dans la cacophonie générale, ne faisait apparemment pas attention à la question qui lui est posée.

"Donc on les laisse mourir de froid derrière les barbelés?", demande Olivier Truchot.

"Bien sûr que oui, bien sûr que oui", lâche Julien Odoul.

"On les laisse mourir de froid?", insiste le présentateur.
"Nous avons affaire à une invasion…", continue le membre RN.

"Attendez, répondez à la question. Vous dites "bien sûr que oui, on les laisse mourir de froid"?", renchérit Olivier Truchot.

"Non, on ne les laisse pas mourir de froid, on les laisse en dehors des frontières de l’Europe effectivement", répond M.Odoul.

Dans la foulée, il réitère, à l’adresse d’un autre présentateur: "Non, j’ai dit "bien sûr que oui, on les laisse dehors"".

"Dérapage"? La tension monte

Suite à cet échange musclé, la chaîne a publié l’extrait sur Twitter, accompagné du titre "Biélorussie: le dérapage d’Odoul".
Quelques heures plus tard, le porte-parole du RN dénonce ce titrage: "Fake news de BFM TV. La vidéo est parfaitement claire: à aucun moment je parle de laisser mourir de froid les migrants, mais oui bien sûr de les laisser à la frontière. Un peu de déontologie svp! Le militantisme anti-RN ne permet pas tout même avec une carte de presse".
"Aucune fake news. Je vous pose trois fois la question. Vous dites oui, deux fois, et finalement non, la troisième fois. Pas besoin de nous menacer de porter plainte", lui répond Olivier Truchot sur Twitter.
Mais le conseiller municipal de Sens insiste: "Vous mentez Olivier Truchot. "Oui bien sûr" était la réponse à "faut-il les laisser à l’extérieur" et je vous dis clairement et explicitement qu’il ne faut pas les laisser mourir de froid. Votre militantisme n’autorise pas toutes les manipulations".
"Les images et le son. Le reste, de la littérature pour vos followers", réagit une nouvelle fois le journaliste.

Indignation sur tous les fronts

Depuis, la polémique a gagné du terrain. La famille politique de Julien Odoul lui a apporté son soutien inconditionnel.

"Quelle mauvaise foi! Chacun sait que, dans un débat, on ne perçoit pas toujours immédiatement les objections de son contradicteur. Julien Odoul est très clair. Il n’est pas question de laisser quiconque mourir de froid. Il n’est pas question d’ouvrir les frontières, non plus!", abonde le député RN du Gard Nicolas Meizonnet, toujours sur Twitter.

"Ce tweet est complètement faux. Il suffit d'écouter la vidéo pour entendre Julien Odoul déclarer concernant les migrants : "non, on ne les laisse pas mourir de froid, on les laisse en dehors des frontières de l'Europe"", ajoute Alexandre Loubet, directeur de la communication du RN.
Mais d’autres personnalités médiatiques sont convaincues que le porte-parole RN a commis un dérapage.
"Ne restons pas silencieux face au cynisme des populistes!", insiste Fabienne Keller, députée européenne RenewEurope, présente sur le plateau à ce moment-là.

"La question "Faut-il les laisser mourir de froid?" vous a été posée et reposée: il suffisait de répondre "non". Votre humanité n’est même pas en carton, mais en chanvre, celui des cordes au bout desquelles se pendent les paysans dont vous aimez vous moquer", twitte pour sa part l’essayiste et animateur Éric Naulleau.

Ces derniers mois, Julien Odoul s’est retrouvé plusieurs fois au cœur de polémiques, se défendant d’avoir été mal compris. En juin, Libération a exhumé un enregistrement audio datant de 2018 dans lequel une voix semblable à celle d’Odoul ironise sur les suicides des agriculteurs en France. L’intéressé a démenti. Enfin, en avril, participant à un débat, il a adressé une remarque sexiste à une élue LR, invoquant ensuite une plaisanterie mal comprise.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала