Thomas Pesquet salué avec humour à son retour sur Terre par la Gendarmerie nationale

© AP Photo / NASAThomas Pesquet
Thomas Pesquet - Sputnik Afrique, 1920, 11.11.2021
S'abonnerTelegram
C’est à sa manière que la Gendarmerie nationale a salué le spationaute français en publiant un petit commentaire humoristique à l’occasion de son retour sur Terre le 9 novembre.
Après avoir passé plus de six mois en orbite, le spationaute français Thomas Pesquet est retourné sur Terre le 9 novembre. Un retour qui n’est pas passé inaperçu et qui a été couvert par tous les médias. Mais pas que. Les gendarmes ont également réagi, mais sur le registre de l’humour, en pointant du doigt la vitesse excessive du vaisseau lors de son entrée dans les couches denses de l’atmosphère.
"Thomas Pesquet, la gendarmerie ferme les yeux sur votre excès de vitesse lors de votre retour sur notre chère planète bleue. 27.000 km/h, quand même! Blague à part, nous souhaitons un bon retour à Thomas Pesquet. Au plaisir de vous croiser sur le plancher des vaches", a écrit la Gendarmerie nationale le 9 novembre dans un tweet accompagné d’émoticônes appropriées.
Les gendarmes ont ainsi répondu du tac au tac à Thomas Pesquet connu lui aussi pour son sens de l’humour, mais aussi pour être très présent pour ses abonnés.

Un précédent

Ce n’est pas la première fois que le spationaute français communique avec les gendarmes. Un échange de messages entre la gendarmerie des Vosges, qui compte environ 78.000 abonnés dont un certain Thomas Pesquet, avait reçu en juin dernier un petit message de la part de ce dernier.
"Je suis passé et je me suis fait flasher, il semblerait que je dépasse parfois la limitation de vitesse (mais pas sur Terre)", avait affirmé le spationaute.
La gendarmerie ne s’est pas fait prier pour répondre rapidement.
"Mouais... Avec un décollage de SpaceX à 20.000 km/h, vous êtes vraiment sûr?"

Partage de tweets

Thomas Pesquet partage d’ailleurs volontiers des tweets. Ainsi, lorsqu’il était encore sur Terre, mais qu’il avait été déjà sélectionné pour sa seconde mission, il a publié un tweet en faisant le rapprochement entre une image de son enfance et une autre de son vol.
Le 28 août, alors qu’il travaillait dans l’espace, il a partagé la vidéo d’une "soirée pizzas flottantes entre amis".
Le matériel et l’équipement, notamment les combinaisons, deviennent souvent le sujet de ses tweets.

Retour sur Terre

Thomas Pesquet devait rentrer à bord de la capsule Dragon de SpaceX le dimanche 7 novembre, mais le vol a été décalé en raison des conditions météorologiques. Le spationaute français et ses trois coéquipiers ont amerri dans la nuit du 8 au 9 novembre au large de la Floride. Cet amerrissage était une première pour Thomas Pesquet. À l’issue de sa précédente mission, de novembre 2016 à juin 2017, il était rentré à bord d’un Soyouz russe et avait atterri dans les steppes kazakhes.
La vitesse de 27.000 km/h et les phases de la descente sur Terre avaient été évoquées par Michel Tognini, ancien astronaute, qui a relaté au micro d’Europe 1 les détails du voyage. Après avoir pénétré dans l'atmosphère à cette vitesse, la capsule commence à freiner sa course. La température peut monter alors jusqu'à 1.600 degrés à l'extérieur de l'appareil. La vitesse est réduite ensuite grâce à des parachutes à une moyenne de 20 km/h juste avant l’amerrissage. Michel Tognini a encore rappelé qu’après le désamarrage, la capsule fait un tour complet de la station, "pour vérifier ce qui est cassé ou abîmé à l'extérieur et qu'on ne peut voir visuellement lorsqu'on est à l'intérieur de la station".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала