Le schéma du premier vol de cosmonautes russes vers la Lune décrypté

La Lune - Sputnik Afrique, 1920, 11.11.2021
S'abonnerTelegram
La société spatiale RKK Energuia a présenté un schéma du premier vol habité russe vers la Lune qui prévoit quatre tirs de fusée à un mois d’intervalle. Cette annonce arrive le même jour que celle de la NASA qui a décidé de retarder le renvoi d'humains vers le satellite naturel de la Terre.
Au moins quatre fusées lourdes Angara-A5V tirées à un mois d'intervalle seront nécessaires pour permettre le premier séjour des cosmonautes russes sur la Lune, prévu en 2030, selon un schéma présenté et décrypté le 9 novembre par la société spatiale russe RKK Energuia.

"La Russie développe son propre programme lunaire. Pour organiser une expédition lunaire, l'option de lancer une mission habitée sur la Lune en utilisant un schéma de vol à quatre lancements avec des fusées porteuses lourdes Angara-A5V est actuellement à l'étude", indique la thèse avancée par l’entreprise.

L'équipage devrait passer environ deux semaines sur la Lune avant de regagner l’orbite lunaire à bord d'un module spécial et de rentrer sur Terre à bord du vaisseau spatial Orlenok.

Pourquoi quatre lancements?

Quatre lancements sont nécessaires pour assembler le complexe de vol lunaire, comprenant un module de décollage et d'alunissage, qui permettra aux astronautes de se poser sur la Lune puis de décoller, deux véhicules de transport à oxygène et hydrogène, ainsi que le vaisseau réutilisable habité Orlenok, explique l’entreprise.
La première fusée doit acheminer le module de décollage et d'alunissage en orbite terrestre. Le lancement suivant aura lieu un mois plus tard, le temps de préparer le pas de tir du cosmodrome pour un autre lanceur Angara censé transporter un vaisseau de transport.
Après le deuxième lancement, les deux engins s’amarreront en orbite et le véhicule de transport emmènera le module de décollage et d’alunissage vers la Lune.
Encore un mois plus tard, le vaisseau habité Orlenok doit être lancé vers la station évoluant en orbite terrestre. Les membres d’équipage de l’Orlenok attendront un mois le lancement d'une quatrième fusée, qui acheminera un autre véhicule de transport, lequel s'arrimera à l'Orlenok et l'emmènera vers la Lune.
L'ensemble du complexe sera assemblé en orbite lunaire, les astronautes passeront dans le module de descente et se poseront sur la Lune, détaille la société spatiale russe.

Quand attendre des cosmonautes russes sur la Lune?

L’agence Roscosmos avait auparavant annoncé que le débarquement de cosmonautes sur la Lune n’était projeté que pour 2030.
"En 2028, nous devons envoyer un équipage pour survoler la Lune et, en 2030, un équipage doit alunir", a détaillé le chef de Roscosmos Dmitri Rogozine, intervenant en avril dernier à l’occasion du 60e anniversaire du premier vol spatial de Youri Gagarine.
Toutefois, les entraînements ont déjà commencé. Le centre d’entraînement des cosmonautes Youri-Gagarine avait déjà mis en ligne sur YouTube une vidéo de l’un d’entre eux.
La vidéo montre le cosmonaute Alexandre Missourkine s’entraîner à une sortie du module d’alunissage, aux déplacements sur la surface lunaire, au travail avec des outils et au retour dans le module. Toutes ces manipulations effectuées dans le cadre de l’expérimentation Sozvezdié (Constellation en russe) ont été possibles grâce à l’appareil Vykhod-2 (Sortie 2) destiné à créer une pesanteur semblable à celle sur la Lune.
Roscosmos salue pour sa part des recherches et développements (R&D) sur le programme de vols pilotés vers la Lune et avait lancé fin septembre un appel d’offres. Selon le document, les R&D portent sur la mise au point des recommandations et exigences envers les technologies, éléments et systèmes du matériel spatial assurant les vols pilotés vers la Lune et le travail des cosmonautes en orbite et sur la surface lunaire en prenant compte des aspects médico-biologiques.
L'ère de l'exploration spatiale du seul satellite naturel de la Terre a commencé le 2 janvier 1959, lorsque l'Union soviétique a lancé la station interplanétaire automatisée (AMS) Luna-1, le premier engin spatial envoyé vers la Lune. Il s'est approché de la Lune le 4 janvier et s'est éloigné d'environ 6.000 kilomètres, devenant ainsi le premier satellite artificiel du Soleil au monde. Les instruments scientifiques de Luna-1 ont fourni des données sur le rayonnement et la composition gazeuse de la matière interplanétaire dans l'espace quasi lunaire.

Les Américains sont en avance

Pour rappel, un nouvel alunissage des astronautes américains est prévu pour 2025 "au plus tôt". Le 9 novembre, la NASA a indiqué avoir reporté le renvoi d’humains, dont une femme, sur la Lune de 2024 à 2025 dans le cadre du programme Artemis.
Avant cet alunissage, en mai 2024, la NASA lancera la mission pilotée Artemis II qui prévoit d’emmener les astronautes autour de la Lune sans s’y poser, a déclaré l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, lors d'un point presse. Il a ainsi officiellement actualisé le calendrier du programme dont la réalisation en 2024 avait été prévue par l'administration Trump.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала