Un enclos permettant d’abattre des animaux contre de l’argent crée la polémique

Un fusil - Sputnik Afrique, 1920, 10.11.2021
S'abonnerTelegram
En attente d’une loi interdisant les enclos de chasse, cette pratique légale se retrouve au centre des critiques après la publication de la vidéo d'un enclos à Sept-Saulx, où des daims et d’autres animaux peuvent être abattus contre de l'argent.
Le Domaine des vignes a été conspué pour organiser la chasse de sangliers, de daims, de mouflons ou encore de cervidés dans son enclos de chasse de 330 hectares situé dans la commune de Sept-Saulx (Marne).
Pour pouvoir venir y chasser une journée, il faut s’acquitter d’une facture de 600 euros.
Des photos des chasseurs et de leurs trophées ont été publiées par le domaine sur Facebook. Mais depuis samedi 6 novembre, la page du Domaine des vignes et son site ne sont plus disponibles. La vague de critiques provoquée par un tweet d’un journaliste de France 3 posté vendredi 5 novembre aura eu raison d’eux.
Bien qu’il s’agisse d’une pratique légale et validée par les autorités, des élus, notamment écologistes, s’y opposent. Le secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts Julien Bayou dénonce "un business au détriment du vivant".
Le député LFI Bastien Lachaud appelle lui à interdire ce "business de la mort, nuisible à la biodiversité, cruel et cynique".
Le journaliste et militant de la cause animale Hugo Clément dénonce pour sa part sur Twitter une "aberration" et exhorte à interdire ces enclos.
La pratique a été pointée par l’association de défense des animaux One voice.
Vers l’interdiction des enclos de chasse?
La lutte de plusieurs associations contre la chasse en enclos ne date pas d’hier. L'Association pour la protection des animaux sauvages a notamment recueilli près de 60.000 signatures dans une pétition pour faire interdire la chasse en enclos.
En outre, sa directrice Madline Rubin est également parvenue à mobiliser 20.000 habitants et à récolter deux millions d’euros pour racheter un enclos de chasse et le transformer en réserve naturelle, révèle l’émission Sur le front au sujet du "monde opaque des enclos de chasse" diffusé en mai sur France 5.
Selon One Voice, il existe 567 adresses distinctes d’enclos de chasse, dont 256 espaces entièrement clos au minimum.

"Certains en gardent un usage privé ou ne proposent leur activité que dans des réseaux fermés, donc il y a vraisemblablement beaucoup moins d’enclos sur notre carte qu’il n’en existe en réalité", précise l’association à Libération.

Par ailleurs, un groupe de députés de La France insoumise a déposé en mai une proposition de loi prévoyant "l’interdiction des mises sous enclos d’animaux sauvages à des fins de chasse". Elle devrait être prochainement examinée par la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale, note le quotidien.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала