"Un peu des gilets jaunes et noirs": la bande des Dalton tente de justifier ses provocations

© AFP 2022 PHILIPPE DESMAZESUn membre des Daltons, grouppe de rappeurs à Lyon
Un membre des Daltons, grouppe de rappeurs à Lyon - Sputnik Afrique, 1920, 09.11.2021
S'abonnerTelegram
Des membres de la bande des Dalton ont expliqué dans TPMP leur implication dans les provocations par la volonté d’"être entendu", sans oublier de préciser que ces rodéos sauvages étaient pratiqués par "des professionnels" qui faisaient preuve de "talent".
Les Dalton, un groupe de rappeurs qui ne cessent de défrayer la chronique depuis quelques mois avec leurs rodéos sauvages à Lyon et leurs provocations des autorités, sont venus le 8 novembre sur le plateau de l’émission de Cyril Hanouna TPMP afin de justifier leurs actes.
"On n’a jamais rien cassé ni brûlé. On va continuer autrement, le but ce n’est pas de choquer les gens", a ainsi précisé un des représentants du collectif.
Habillés avec les tenues de prisonnier des Dalton, pour symboliser la stigmatisation dont, selon eux, ils font l’objet depuis des années à Lyon, les quatre hommes ont également expliqué être "un peu des gilets jaunes et noirs", montrer "quelque chose de métaphorique qui représente la réalité de ce qu’on vit depuis toujours".
"Ce qu’on fait reste symbolique. On a pris un axe. On a fait ce qu’on a fait pour être entendu. Il ne s’agit pas de dire au monde entier faites comme nous", a aussi dit l’un des membres du collectif.
Si des "gamins" leur demandent d’y participer, "on leur dit de retourner à leurs études": "On n’est pas là pour prôner la violence".
Interrogé sur la dangerosité de la pratique du rodéo illégal, l'un a assuré qu'il était heureux qu'il n'y ait à ce jour pas eu d'incident provoqué par les Dalton:
"Ces rodéos sont réalisés par des professionnels, se faire chasser pendant une heure par 50 voitures de police et un hélico, c’est pas de la chance, au bout d’une heure, c’est du talent!"

Leurs provocations

Les membres du collectif, composé essentiellement de jeunes du VIIIe arrondissement de Lyon, sont cependant prêts à en finir avec leurs provocations, mais ont posé deux conditions pour cette "trêve": la libération de Many Gt, incarcéré en août pour une peine de neuf mois pour sa participation à des rodéos urbains lors du tournage de clips au printemps dernier. Puis un featuring avec la chanteuse d’origine belge Angèle.
L’après-midi du 7 novembre, un des membres des Dalton a escaladé le grillage de la maison d’arrêt de Lyon-Corbas, où se trouve incarcéré le rappeur Many Gt. Une fois de l’autre côté, devant le mur d’enceinte, il a projeté un colis dans la zone de détention. Puis il a de nouveau sauté par-dessus le grillage en y laissant le haut de son uniforme rayé jaune et noir. Après cela, il a rejoint l’un des deux motocross stationnés pour prendre la fuite. L’acte a été annoncé sur le compte Instagram du groupe et filmé par ses membres.
Parmi d’autres actes récents du collectif se trouvent des rodéos sauvages en centre-ville de Lyon, condamnés par le maire, ainsi qu’une interruption de match de foot. Le 4 novembre, lors du match de la Ligue Europa opposant l'OL au Sparta Prague, deux Dalton ont fait irruption sur la pelouse. Après quelques minutes de course-poursuite lancée par les agents de sécurité, ils ont été interpellés.
Début novembre, un Dalton de 19 ans a été condamné à huit mois avec sursis par le tribunal correctionnel de Lyon pour un rodéo urbain organisé le 29 octobre place Bellecour, avec des motos volées.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала