La Pologne déploie plus de 10.000 soldats à la frontière biélorusse, la tension monte

© AFP 2022 LEONID SHCHEGLOVà la frontière entre la Biélorussie et l'UE
à la frontière entre la Biélorussie et l'UE - Sputnik Afrique, 1920, 09.11.2021
S'abonnerTelegram
Face aux migrants massés à sa frontière avec la Biélorussie, la Pologne a envoyé des renforts militaires pour éviter les débordements. Selon la Défense, au moins 12.000 soldats y sont en état d’alerte. Accusé d'orchestrer l'arrivée de ces migrants en réponse aux sanctions européennes, Minsk accuse Varsovie d’exacerber "délibérément" les tensions.
La Biélorussie a mis en garde le 9 novembre la Pologne contre toute "provocation" à la frontière entre les deux pays, où sont massés des milliers de migrants voulant pénétrer dans l'UE et faisant face à un important dispositif militaire.
Les autorités polonaises, qui disent avoir empêché des milliers de personnes de traverser la frontière lundi, ont fermé ce mardi à 06h00 GMT le poste-frontière de Kuznica, situé près du lieu où sont rassemblés ces migrants, indique Reuters.
Alors que la Pologne a déjà déployé des renforts policiers, militaires et douaniers dans la zone, un responsable polonais a estimé que les tensions pourraient s'accentuer dans les prochains jours. Mais le vice-ministre des Affaires étrangères Pawel Jablonski a répété le 9 novembre à la radio Zet que pour l'instant, Varsovie n'avait pas besoin de renforts de la part de Frontex, l'agence de l'Union européenne (UE) des gardes-frontières et gardes-côtes.

Minsk accusé de créer une crise migratoire

Le Président Alexandre Loukachenko a déclaré que Minsk ne contiendrait plus les migrants clandestins qui se rendent dans les pays européens, car à la suite des sanctions occidentales, il ne lui restait "ni argent, ni force". Les gardes-frontières biélorusses ont plus d’une fois indiqué que la Pologne, la Lettonie et la Lituanie expulsaient de force les migrants en territoire biélorusse.
La Biélorussie a cependant dénoncé les accusations "sans fondement" de Varsovie, selon lesquelles Minsk serait derrière les tentatives de passage illégal de la frontière.
"Le ministère bélarusse de la Défense considère les accusations de la partie polonaise sans fondement et sans justification… Le ministère polonais de la Défense ne cherche pas une résolution constructive de la question et porte délibérément la situation conflictuelle actuelle à un niveau politique", a indiqué le ministère dans un communiqué.
Il a également précisé qu’à l'initiative de la partie polonaise une réunion s'était tenue à Varsovie, le 8 novembre au soir, entre l'attaché de défense à l'ambassade de Biélorussie en Pologne, Alekseï Bortnik, et des représentants du ministère polonais de la Défense sur la question des prétendues "violations de la frontière polonaise par des militaires biélorusses et de leur implication dans la crise migratoire".
"En même temps, aucune preuve sur la plupart de ces revendications n'a été présentée", indique le message.
Le ministère biélorusse de la Défense a également déclaré que le déploiement par la Pologne de 12.000 soldats près de sa frontière représentait une activité militaire, et que Minsk n'en avait pas été informé.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала