De quoi Poutine et le directeur de la CIA ont-ils parlé?

© Sputnik . Alexeï Nikolsky / Accéder à la base multimédiaVladimir Poutine
Vladimir Poutine - Sputnik Afrique, 1920, 09.11.2021
S'abonnerTelegram
Après que le patron de la CIA, William Burns, s’est rendu les 2 et 3 novembre en Russie, le Kremlin a révélé qu'il avait eu un entretien téléphonique avec le Président russe. Ils ont discuté des "conflits régionaux" parmi lesquels figurait notamment celui en Ukraine.
Dans le contexte des relations entre la Russie et les États-Unis minées par une série de différends d'envergure, Vladimir Poutine a discuté par téléphone avec le directeur de la CIA, William Burns, qui s'est rendu les 2 et 3 novembre en Russie à la demande de Joe Biden.
Entre Vladimir Poutine et William Burns, "un entretien téléphonique a eu lieu" dans le cadre de cette visite, a déclaré le 8 novembre à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.
Ils ont évoqué les relations bilatérales, la crise diplomatique entre les deux pays et ont "échangé leurs opinions sur des conflits régionaux", a-t-il ajouté, sans plus de détails.
Allégations sur des troupes russes près de l'Ukraine
Le 1er novembre, le journal Politico a publié dans ses colonnes des images satellites en affirmant que la Russie aurait déployé des troupes à la frontière ukrainienne. Plus tard, des documents similaires ont été publiés par le Washington Post et le magazine Foreign Policy.
La représentante du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a qualifié ces allégations de "fausse campagne" et a indiqué qu’elles avaient été publiées "comme sur ordre, dans une véritable attaque de panique".
"Personne ne nous a contactés. Nous sommes sûrs que personne du côté russe n’a été contacté. C'est un classique du genre: lorsque de telles publications, des intox, sont préparées, bien sûr, la position officielle (de la Russie) n'est pas demandée", a-t-elle souligné.
Dmitri Peskov a également qualifié la publication de Politico d’"intox de mauvaise qualité ". Selon lui, les images satellites présentées dans l'article montrent la frontière avec la Biélorussie et non celle avec l'Ukraine.
L'Ukraine a démenti début novembre un renforcement des troupes de Moscou près de sa frontière de l'est.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала