Un policier violemment mordu se voit prescrire plus d'un mois d'ITT

© Sputnik . Oxana BobrovitchPolice nationale
Police nationale - Sputnik Afrique, 1920, 08.11.2021
S'abonnerTelegram
Un individu a refusé d’obtempérer à un contrôle de police à Valence, mordant un agent à la main. La plaie est si profonde que l’agent s’est vu prescrire plus d’un mois d’ITT. Ce genre d’incidents n’est pas si rare.
Alors que les syndicats de police se mobilisent après l’attentat de Cannes, s’indignant que les agents soient de plus en plus pris pour cible, un fait divers est encore venu leur donner raison, dans la Drôme.
Le 5 novembre, un contrôle routier a en effet mal tourné à Valence, rapporte Le Dauphiné libéré. Les policiers municipaux ont essayé d’arrêter un véhicule et ses deux occupants, mais ils se sont heurtés à un refus d’obtempérer. Le chauffard est reparti en trombe, manquant de renverser un agent qui s'avançait à sa rencontre.
Une course-poursuite s’est alors engagée, qui a tourné court. Les fuyards ont en effet fini par s’encastrer dans la clôture entourant la piscine municipale. Les forces de l’ordre ont interpellé le passager du véhicule, mais son compère s'est échappé. Rattrapé, il s’est débattu et a violemment refermé ses mâchoires sur la main d'un policier.
Une morsure si profonde qu’elle a valu à la victime 42 jours d’ITT (Incapacité Temporaire Travail). Les deux individus ont été placés en garde à vue. Le conducteur devait être présenté à un magistrat du parquet de Valence le 6 novembre.

Un grand classique

Si les policiers sont parfois victimes de coups et d’insultes, ils sont aussi coutumiers des morsures. Les précédents sont nombreux. Ce 20 octobre, un individu avait par exemple mordu le doigt d’un agent à Avignon, alors que sa patrouille intervenait pour un différend conjugal. Le fonctionnaire avait eu l’ongle complètement arraché.
Même scénario à Versailles, où une femme éméchée a frappé un policier à la tête avant de le mordre à la lèvre, début octobre. La forcenée avait finalement dû être conduite à l’hôpital et attachée à son lit, selon Actu.fr. Ce qui s’était avéré insuffisant pour la calmer, puisqu’elle était parvenue à s’échapper. En dernier recours, les agents avaient utilisé un pistolet à impulsion électrique pour la maîtriser.
Et quand ce n’est pas l’homme qui emploie ses dents, c’est l’animal. Il arrive en effet que des chiens soient lâchés sur les forces de l’ordre. Dans le quartier difficile des Tarterêts (Corbeil-Essonnes), un molosse avait ainsi attaqué les policiers lors d’un contrôle d’identité, fin juillet. Un agent avait été mordu à la jambe et les crocs avaient traversé son pantalon pourtant renforcé.
Les fonctionnaires avaient en définitive été contraints d’utiliser leur arme, touchant la bête et la forçant à fuir. La vidéo avait fait le tour des réseaux sociaux.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала