La Pologne dit craindre un "incident majeur" à la frontière biélorusse

© Sputnik . Egor Eremov / Accéder à la base multimédiaLa frontière entre la Biélorussie et la Pologne (archive photo)
La frontière entre la Biélorussie et la Pologne (archive photo) - Sputnik Afrique, 1920, 08.11.2021
S'abonnerTelegram
La Pologne a accusé lundi la Biélorussie de chercher à provoquer un "incident majeur" à la frontière commune entre les deux pays, vers laquelle convergeraient plusieus centaines de migrants, selon des images diffusées sur internet.
Une vidéo partagée par la plate-forme en ligne biélorusse Nexta montre un groupe important de personnes portant sac à dos et vêtements d'hiver marchant le long d'une autoroute.
Sur d'autres vidéos, on peut voir des groupes de migrants assis au bord de la route, escortés par des hommes armés en uniforme kaki.
"La Biélorussie veut provoquer un incident majeur, de préférence avec des coups de feu et des victimes : selon les médias, ils préparent une grave provocation près de Kuźnica Białostocka, il y aura une tentative de franchissement de la frontière massif", a affirmé le vice-ministre polonais des Affaires étrangères, Piotr Wawrzyk, à la radio publique polonaise.
"Les autorités polonaises sont prêtes (à faire face) à tout scénario", a assuré le vice-ministre de l'Intérieur, Maciej Wasik, sur Twitter.
La Biélorussie est accusée depuis plusieurs mois par l'Union européenne d'encourager l'entrée illégale d'étrangers en Pologne et d'autres pays via son territoire en réponse aux sanctions que Bruxelles a imposées à Minsk pour violations des droits de l'homme.
Le corps des gardes-frontières biélorusse a confirmé dans un communiqué qu'un important groupe de réfugiés se déplaçait le long d'une autoroute en direction de la frontière polonaise, soulignant par la même occasion l'"attitude inhumaine" de Varsovie à cet égard.
Les conditions dans lesquelles les migrants tentent de traverser la frontière depuis la Biélorussie sont éprouvantes, selon les organisations humanitaires. Les autorités polonaises affirment qu'au moins sept migrants ont été retrouvés morts du côté polonais de la frontière, et que d'autres décès, non vérifiés, seraient survenus dans le pays voisin.
Des groupes humanitaires accusent les nationalistes au pouvoir en Pologne de violer le droit d'asile international en repoussant les migrants en Biélorussie, ce que le gouvernement polonais dément, assurant agir dans la légalité.
"La frontière polonaise n'est pas seulement une ligne sur une carte. La frontière est sacrée - le sang polonais a été versé pour elle !", a déclaré sur Facebook le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.
La Pologne a déployé 12.000 soldats à la frontière depuis le début de la crise, selon son ministre de la Défense.
La Lituanie est quant à elle en train de déplacer des troupes à sa frontière avec la Biélorussie pour se préparer à un éventuel afflux de réfugiés, a déclaré lundi la ministre de l'Intérieur.
Le gouvernement lituanien discutera de la possibilité de déclarer l'état d'urgence dans la zone frontalière, a ajouté Agnė Bilotaitė lors d'une conférence de presse.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала