Emmanuel Macron va-t-il rendre la troisième dose de vaccin obligatoire?

© AFP 2022 LOIC VENANCEUne infirmière prépare une injection
Une infirmière prépare une injection - Sputnik Afrique, 1920, 06.11.2021
S'abonnerTelegram
Face à la reprise de l'épidémie de Covid-19 en Europe, et notamment en France, Emmanuel Macron devrait s'adresser mardi aux Français. Il pourrait rendre la troisième dose de vaccin obligatoire, en particulier pour les personnes fragiles, bien que les premières doses ne le soient pas.
Alors que la situation sanitaire empire en Europe, où certains pays s’attendent à une cinquième vague de l'épidémie de Covid-19, Emmanuel Macron s’apprête à s’adresser mardi prochain aux Français et n’exclut pas de rendre la troisième dose de vaccin obligatoire, suggère l'AFP. Une telle annonce se ferait en dépit du fait que les deux premières doses ne sont nécessaires que pour le pass sanitaire.
L'entourage du chef de l'État avait confirmé cette intention à LCI, précisant que l’allocution serait majoritairement consacrée à la vaccination contre le Covid, même si d'autres sujets, comme la situation économique, le pouvoir d'achat et les réformes à venir pourraient également être abordés.
Le Premier ministre Jean Castex, en déplacement vendredi à Montpellier, a indiqué à l'AFP que l'exécutif réfléchissait au conditionnement du pass sanitaire à une troisième dose de vaccin "sans doute plus que la piste de la vaccination obligatoire pour les plus de 65 ans".
Le médecin Patrick Pelloux s’est dit confiant sur l’obligation de recevoir une troisième dose.
"La troisième dose, il faut être réaliste, elle va arriver pour tout le monde. C’est juste une question de temporalité par rapport aux dispositions qu’il y a du vaccin. On est toujours sur cette culture de prioriser en fonction des cohortes de population. C’est cohérent avec toute la politique qu’il y a eu depuis le début. C’est évident qu’il y a autre chose sur laquelle on doit insister et probablement qu’on a baissé la garde: ce sont les mesures barrières", a-t-il déclaré sur BFM TV.

Préoccupations

"Emmanuel Macron est très inquiet de la situation sanitaire en Europe", a confirmé à RTL un ministre. En effet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), alarmée du rythme "très préoccupant" de transmission du coronavirus, craint un demi-million de morts supplémentaires d’ici février. En France, les hospitalisations devraient remonter mi-novembre, d’après un membre du conseil scientifique cité par le média.
Vendredi, l'agence nationale de santé publique faisait état de 8.998 nouveaux cas et d'un taux de positivité, qui mesure la proportion de cas parmi les personnes testées, de 2,4% sur les sept derniers jours. Une semaine auparavant, ce taux n'était que de 1,9%.

Une hausse notable

Le 3 novembre, la France a enregistré 10.050 nouveaux cas de contamination sur une journée, franchissant le seuil des 10.000 infections quotidiennes pour la première fois depuis le 14 septembre. Pour l’OMS, l'augmentation des cas s'explique par une couverture vaccinale insuffisante combinée à un assouplissement des dispositifs anti-Covid mis en place. Face au regain de l'épidémie, l'exécutif a décidé de rendre le port du masque de nouveau obligatoire à l'école primaire dans 39 départements dès la semaine prochaine.
Cependant, un conseiller de l'exécutif a commenté à LCI: "Je ne vois pas comment il serait possible de rendre obligatoire une troisième dose. Nous n’avons pas rendu obligatoire la première, pourquoi le faire pour la troisième? Cela voudrait dire que le vaccin est rendu obligatoire uniquement pour des gens qui ont fait les premières doses, c’est bizarre."
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала