Palais de l’Élysée - Sputnik Afrique, 1920
Présidentielle française 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

Ces deux partis politiques sont considérés comme les moins unis en France

© AFP 2022 SEBASTIEN SALOM-GOMISUn homme devant le logo les républicains (LR)
Un homme devant le logo les républicains (LR) - Sputnik Afrique, 1920, 06.11.2021
S'abonnerTelegram
D’après un sondage YouGov, aucun parti politique ne semble vraiment uni aux yeux des Français. Ceux qui ont obtenu le pire score sont le PS et LR. Mais la droite peut encore bénéficier d’une dynamique en nommant son candidat à la présidentielle.
À moins de six mois de l’élection présidentielle, un sondage YouGov pour le HuffPost a testé l’avis des Français sur l’unité dans les partis politiques. Si aucun ne dépasse les 50%, certains s’en sortent bien mieux que d’autres, à commencer par La République en marche avec 47%, tandis que le Rassemblement national (46%) et La France insoumise (44%) complètent le podium.
Le groupe le moins considéré comme "uni" est le Parti socialiste, avec seulement 20%. Le 14 octobre, les militants avaient pourtant voté assez largement (72%) en faveur d’Anne Hidalgo pour les représenter dans la course à l’Élysée. La candidate peine toutefois à convaincre à l’échelle nationale, donnée à 5% dans le dernier sondage Harris Interactive.
Les Républicains (LR) sont donnés un peu plus haut (26%), mais même au sein de leur parti, le score n’est pas très élevé (45%). Leur candidat à la présidentielle doit encore être annoncé à l’issue du Congrès LR du 1er au 4 décembre prochain. Le 3 novembre, cinq candidats ont été validés pour y participer: Xavier Bertrand, Michel Barnier, Valérie Pécresse, Éric Ciotti et Philippe Juvin. Seul Denis Payre n’a pas réussi à fournir les 250 parrainages d’élus requis.
La direction du parti espère que la nomination du candidat permettra d’octroyer une dynamique, d’abord en donnant une image de rassemblement derrière ce dernier. "Il y a une vraie convergence idéologique", assure le président des députés LR Damien Abad, cité par l’AFP. "Il faut alors qu'on ait tout le monde sur la photo de famille, qu'on donne l'image d'une droite rassemblée, renouvelée, qui a cette furieuse envie de gagner".

Partis divisés?

Dans un entretien à Ouest-France le 2 novembre, l’ancien Président François Hollande avait déjà déploré des partis divisés. "Les partis ne s’affirment plus sur les idées, sur de l’espoir", déplore-t-il.

"Les citoyens sont un peu livrés à eux-mêmes. Or, ce n’est pas en multipliant les promesses qu’on attire les électeurs. C’est en leur disant ce que l’on peut changer dans leurs vies".

François Hollande, ancien président français - Sputnik Afrique
François Hollande
Il considère par ailleurs que les prétendants à la présidence le sont "pour exister le temps de la campagne". Il estime toutefois que "six ou sept" ont l’envergure pour occuper la fonction, mais "les autres cherchent juste une notoriété pour évoquer leurs sujets, créer un trouble pour la démocratie".

Ce que veulent les Français

Toujours selon le sondage YouGov, les électeurs eux-mêmes sont divisés sur le type de gouvernement qu’ils souhaitent voir au prochain quinquennat. 27% ne "savent pas", 22% souhaitent "un gouvernement de droite", 21% "un gouvernement de gauche" et 16% "un gouvernement du centre", le reste étant partagé entre extrême gauche et extrême droite.
Concernant les sujets de préoccupation, celui qui occupe la première place est le pouvoir d’achat (25%), suivi de l’immigration (15%), la sécurité (11%) et l’environnement (10%). À l’opposé, l’Union européenne (4%) et la question du logement (1%) semblent peu préoccuper les Français.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала