Londres promet la fin de l'ère du charbon alors que les émissions de CO2 explosent

© Sputnik . Evguéni Epantchintsev / Accéder à la base multimédiaCharbon
Charbon - Sputnik Afrique, 1920, 04.11.2021
S'abonnerTelegram
Le Royaume-Uni, hôte de la conférence des Nations unies sur le climat (COP26), a annoncé jeudi que 77 pays s'étaient engagés à renoncer progressivement au charbon, la plus polluante des énergies fossiles qui alimentent le changement climatique.
Cette promesse, dont le respect et le rythme demeurent incertains, a été faite alors que, selon une nouvelle étude, les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement de la planète sont déjà presque revenues à leur niveau d'avant la pandémie de Covid-19.
"Nous nous attendions à un rebond" après le coup d'arrêt porté à l'économie mondiale par la pandémie, a déclaré l'auteur de l'étude, Pierre Friedlingstein, chercheur en modélisation climatique à l'université anglaise d'Exeter. "Mais nous avons été surpris par l'intensité et la rapidité du rebond."
Face à cette démonstration que les engagements des États à réduire leurs émissions de CO2 ne sont pas tenus, le président de la COP26, Alok Sharma, a annoncé que 77 pays avaient promis de fermer progressivement leurs centrales à charbon, qui produisent plus de 35% de l'électricité mondiale, et à ne pas en construire de nouvelles.
"Aujourd'hui, je pense que l'on peut dire que la fin de l'ère du charbon est en vue", a-t-il déclaré, en se félicitant des progrès accomplis depuis 2019. "Qui aurait pensé, à l'époque, que nous pourrions couper le robinet des financements internationaux du charbon ou que nous tournerions le dos aux centrales à charbon?"
Plébiscitée par les pays riches qui ont déjà renoncé à cette source d'énergie, cette promesse pourrait cependant se heurter aux réticences des pays en développement qui, en dépit de ses inconvénients, continuent à voir dans le charbon une énergie peu coûteuse et accessible.
La demande de charbon devrait ainsi atteindre un niveau record cette année, particulièrement en Asie où plus de 90% des 196 centrales électriques au charbon en cours de construction sont localisées.

Loin de l'objectif

La poursuite du recours massif aux énergies fossiles les plus polluantes continue de compromettre tous les efforts de limitation du réchauffement de la planète, même quand l'économie mondiale connaît un coup d'arrêt comme celui de la pandémie de Covid-19.
En 2020, sous l'effet des confinements dans de nombreux pays, les émissions de dioxyde de carbone ont enregistré une baisse record de 1,9 milliard de tonnes (-5,4%). Un répit de courte durée puisque selon l'étude, elles devraient augmenter de 4,9% cette année à la faveur de la reprise économique.
L'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime malgré tout possible de limiter le réchauffement de la planète à 1,8 degré Celsius par rapport à la période pré-industrielle si tous les pays respectent les engagements qu'ils ont pris.
Cela se rapprocherait de l'objectif de 1,5°C considéré par les experts des Nations unies comme la limite à ne pas dépasser pour éviter les effets les plus dévastateurs et potentiellement irréversibles du changement climatique, comme les ouragans, les vagues de chaleur, les sécheresses et les inondations qui ont déjà commencé à sévir.
Pour y parvenir, l'AIE considère qu'aucun nouveau projet d'exploitation d'énergies fossiles ne doit être approuvé après 2021, un objectif bien trop ambitieux pour que l'accord sur le charbon présenté jeudi par Alok Sharma suffise.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала