Le Parti communiste veut empêcher Éric Zemmour de se présenter à la présidentielle 

© AFP 2022 JOEL SAGETEric Zemmour
Eric Zemmour - Sputnik Afrique, 1920, 02.11.2021
S'abonnerTelegram
À l’approche de la présidentielle, Éric Zemmour, non encore candidat, semble continuer à "irriter" ses adversaires. Fabien Roussel, invité du Grand Rendez-vous d’Europe 1, Les Échos, CNews, veut rendre inéligibles les personnes condamnées pour incitation à la haine. Cela vise implicitement l’essayiste, déjà condamné pour des faits de ce genre.
Le ton monte entre les candidats officiels et probables à l’approche de la présidentielle de 2022. Le leader communiste Fabien Roussel, interrogé le 31 octobre lors du Grand Rendez-vous sur Europe 1, Les Échos, CNews, a déclaré envisager de s’opposer à la candidature probable d’Éric Zemmour.
Selon lui, l’essayiste prône «des propos, des idées racistes et antisémites».
«Je suis pour le débat démocratique, mais je dis aussi que le racisme et l'antisémitisme ne sont pas des opinions, mais des délits», a-t-il dit sur le plateau.
Le leader du PCF a noté qu’«il existe dans la loi un arsenal qui permet aux juges de rendre inéligible un responsable politique» pour des propos discriminatoires.
M.Roussel a ainsi annoncé aux médias avoir l’intention de déposer le 2 décembre «à l’Assemblée nationale une résolution pour inviter le gouvernement à envoyer une instruction aux magistrats pour mettre en œuvre cette disposition».
«J’invite l’ensemble des groupes de l’Assemblée nationale à voter cette résolution pour que, enfin, dans notre République un responsable politique ne puisse pas se présenter à une élection quand il a été condamné pour racisme et antisémitisme», a-t-il souligné.
Il a indiqué qu’«aujourd’hui, on rend inéligibles des candidats parce qu’ils ont fait de la corruption, du blanchissement d’argent, de l’évasion fiscale, et c’est normal». Cependant, pour avoir un «débat républicain serein», il a noté avoir demandé que «ceux qui ont été condamnés pour des faits graves de racisme et d’antisémitisme ne puissent pas être éligibles pendant un temps».

La réaction de Zemmour

L’essayiste a rétorqué via son compte Twitter en le qualifiant de «totalitaire dans ses idées, pitoyable dans ses actes».

Au second tour pour la 4ème semaine d’affilée

Éric Zemmour, plusieurs fois poursuivi pour des déclarations controversées, a été souvent relaxé mais aussi condamné à deux reprises pour provocation à la discrimination raciale en 2011 et pour provocation à la haine envers les musulmans en 2018.
Le polémiste monopolise toutefois de 17 à 18% des intentions de vote, selon un sondage Harris Interactive pour Challenges paru le 27 octobre.
Même s’il ne se présente pas encore comme candidat, Zemmour, pour la quatrième semaine consécutive, se qualifie au second tour juste devant Marine Le Pen (16%).
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала