Le changement de cap de Facebook ne convainc pas les Américains

© AFP 2022 Getty Images North America / Justin SullivanСотрудники Facebook меняют логотип компании на Meta перед штаб-квартирой Facebook в Менло-Парке, Калифорния
Сотрудники Facebook меняют логотип компании на Meta перед штаб-квартирой Facebook в Менло-Парке, Калифорния - Sputnik Afrique, 1920, 02.11.2021
S'abonnerTelegram
Le changement de vitrine de Facebook, rebaptisé Meta, et son orientation vers le Métaverse laissent sceptique aux États-Unis, selon une récente enquête. Les jeunes générations sont les plus enthousiastes.
Le changement de direction de Facebook, qui compte désormais explorer le monde virtuel du Métaverse, ne laisse personne indifférent. Cette nouvelle stratégie, qui va de pair avec une modification de nom et de logo, passe mal outre-Atlantique, selon une enquête de la société Morning Consult.
Ainsi, seuls 25% des Américains disent apprécier le changement de nom du géant américain, et 32% ont une opinion favorable du nouveau logo, un symbole de l’infini qui vient remplacer l’emblématique F minuscule de la firme.
La génération Z, celle qui n’a jamais connu la vie sans Internet, se montre cependant moins réticente à ces nouveautés. Une bonne nouvelle pour Mark Zuckerberg, qui a justement déclaré vouloir attirer plus de jeunes utilisateurs, grâce à ces nouvelles orientations.
Facebook avait d’ailleurs admis séduire de moins en moins chez les jeunes générations, lors de la parution d’une récente enquête.
Il y a cependant plus grave pour le géant des réseaux sociaux: de nombreux Américains ne sont pas dupes de ce changement de nom et y voient une manière de mettre la poussière sous le tapis, selon Morning Consult. La moitié des sondés pensent ainsi que Facebook a été rebaptisé en Meta pour se distancer d’une forme de mauvaise presse, voire pour faire diversion face aux nombreux scandales qui entachent aujourd’hui la marque.
La société a notamment été éclaboussée par l’affaire des "Facebook Files" en septembre, après la publication de documents internes par le Wall Street Journal. Ceux-ci révélaient notamment l’existence d’une modération plus complaisante envers certaines célébrités, ou la nocivité des plateformes comme Instagram pour les plus jeunes.

Le Métaverse n’a pas encore la cote

Au-delà de la forme, le fond du projet promu par Mark Zuckerberg semble aussi avoir du mal à séduire. 68% des Américains ne sont pas intéressés par le Métaverse, nouveau monde virtuel censé révolutionner l’univers des réseaux sociaux et du jeu vidéo, en misant en particulier sur la réalité augmentée.
Là encore, les jeunes sont plus sensibles au nouveau discours de Meta. 44% des Américains appartenant à la génération Z sont ainsi intrigués par le Métaverse. Les urbains sont aussi plus réceptifs que les autres (43% d’intéressés).
Cette relative indifférence n’empêche cependant pas de jolies performances sur les marchés. Plusieurs cryptomonnaies en lien avec l’univers du Métaverse ont en effet flambé ces derniers jours. Le MANA de Decentraland a ainsi bondi de près de 300% en 24 heures ce 30 octobre, avant de retracer légèrement.
Même refrain pour le SAND de Sandbox qui a lui aussi bondi de plus de 200% en une semaine, porté par les annonces de Facebook, mais aussi par le soutien du célèbre rappeur Snoop Dogg.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала