"Oups": Hidalgo casse son verre puis peste contre les questions "débiles" des journalistes - vidéo

© AFP 2022 THOMAS SAMSONAnne Hidalgo
Anne Hidalgo - Sputnik Afrique, 1920, 01.11.2021
S'abonnerTelegram
Dans une atmosphère électrique après avoir abordé le sujet Éric Zemmour ou encore la gouvernance d’Emmanuel Macron dans Le Grand Jury RTL - LCI - Le Figaro, Anne Hidalgo s’en est prise aux journalistes, qualifiant leurs questions de "débiles".
L’émission du Grand Jury RTL - LCI - Le Figaro de ce dimanche a été marquée par les propos virulents d’Anne Hidalgo sur Éric Zemmour ou encore Emmanuel Macron, mais aussi par ses accrochages avec les journalistes.
Le ton est monté dès le début de l’émission, lorsqu’Anne Hidalgo a accusé le gouvernement de "mépriser" les Français "modestes", estimant que le Président actuel "dirigeait tout seul".
Plus tard, la candidate PS à la présidentielle cassera son verre d’eau, sans faire exprès.
"Oups, pardon", s’excuse-t-elle, avant de philosopher: "C’est pas grave, c’est du verre et ça porte bonheur".
À la fin de l’émission, alors que l’ambiance était déjà électrique, la maire de Paris s’en est prise contre les journalistes.
"Vos questions sont assez débiles", fustige la maire de Paris pendant la séquence "Si j’étais président". Elle a notamment été demandée si elle était pour ou contre le doublement des salaires des infirmières ou encore la semaine de travail de 32 heures au lieu de 35.
"Vous croyez que c’est comme ça que ça se pose? […] Ça se fait avec de grandes négociations. […] Ce n’est pas "oui" ou "non"", conclut celle qui a refusé de préciser son programme qu’elle est en train de travailler.
"Réveillez-vous"
Quant au sujet Éric Zemmour, qu’elle qualifie de "guignol" et de "négationniste", et avec lequel elle refuse d’avoir tout débat, Anne Hidalgo déplore qu’il n’y ait pas de manifestations de masse à son encontre.
"Réveillez-vous les journalistes", lâche à plusieurs reprises, émue, Hidalgo. "Ce qui est en train de se passer avec Éric Zemmour est dangereux d’abord pour notre démocratie et pour notre République. Donc réveillez-vous!".
Elle affirme que des personnes lui ont confié être "dégoûtées", qu’elles avaient "envie de jeter leur poste de télé".
"Y a pas une manif d’au moins 10.000 ou 200.000 personnes dans les rues de nos villes [...]? Moi je ne débats pas avec un négationniste, je ne débats pas avec un raciste, et je ne débats pas avec cette personne-là", a-t-elle asséné.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала