Station de pompage de gaz - Sputnik Afrique, 1920, 08.10.2021
Crise du gaz 2021
L’augmentation du prix du gaz en Europe, enregistrée depuis le début de 2021, s’est accélérée en septembre. Si le 1er septembre, 1.000 mètres cubes se vendaient 614 dollars, contre plus de 1.030 dollars à la fin du mois.

Les exportations de gaz russe vers l’Europe ont déjà dépassé les volumes de 2020

© Sputnik . Pavel Lvov / Accéder à la base multimédiaUne usine de transformation de gaz
Une usine de transformation de gaz - Sputnik Afrique, 1920, 01.11.2021
S'abonnerTelegram
L'Europe aura-t-elle assez de gaz pour se chauffer cet hiver? Selon le géant Gazprom, les exportations de gaz russe vers certains pays d’Europe ont déjà dépassé les volumes pour l'ensemble de l’année 2020, et le retard du remplissage des stockages souterrains diminue.
Si les États-Unis et l'Agence internationale de l'énergie pointent Moscou pour ne pas ouvrir suffisamment les robinets afin d'obtenir la mise en service au plus vite du gazoduc Nord Stream 2 exploité par le russe Gazprom, le géant gazier assure être sur le point de battre un record d’approvisionnement en Europe.
"Gazprom a augmenté les exportations à 158,8 milliards de mètres cubes, soit 10,4% (14,9 milliards de mètres cubes) de plus qu'à la même période en 2020 et continue de fournir du gaz à un niveau proche d'un record historique", indique le géant gazier sur sa chaîne officielle Telegram.
La société a augmenté ses livraisons de gaz en Turquie (de 110,4 %), en Allemagne (23,4%), en Italie (15,4%), en Roumanie (272,2%), en Serbie (101,7%), en Bulgarie (51,9%), en Pologne (9,5%), en Grèce (16,3%), en Finlande (13,6%).
"À ce jour, les exportations de Gazprom vers un certain nombre de pays ont déjà dépassé les volumes pour l'ensemble de l'année 2020, notamment vers la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie et la Serbie", précise Gazprom.
Néanmoins, bien que le retard du remplissage des stockages souterrains européens diminue, comme le précise le géant gazier en se référant à Gas Infrastructure Europe, il dépasse toujours les 18 milliards de mètres cubes par rapport à l'année dernière.

Poutine demande d’augmenter le remplissage

Lors d’une grande réunion consacrée au développement des gisements gaziers de Yamal dans le nord de la Russie tenue fin octobre, le chef de l’État russe a demandé au directeur général de Gazprom, Alexeï Miller, d’augmenter les livraisons dans les installations de stockage en Europe.
"Je vous demande, après que vous ayez terminé le pompage du gaz dans des réservoirs de stockage en Russie, vers le 7 ou le 8 novembre, de commencer les travaux prévus pour augmenter le volume de gaz dans vos installations de stockage souterraines en Europe, en Autriche et en Allemagne", a réclamé Vladimir Poutine à M.Miller.
Selon le Président russe, cette mesure permettrait de respecter de façon "solide, stable et régulière" les obligations contractuelles de Gazprom devant ses partenaires et de "créer une situation plus favorable sur le marché énergétique de l’Europe en général".

Accusations

Fin septembre, l'Agence internationale de l'énergie (AIE), basée à Paris, a déclaré que bien que la Russie remplisse ses contrats de long terme vis-à-vis des pays européens, "ses exportations vers l’Europe sont en baisse par rapport à leurs niveaux de 2019". "Une manipulation" des prix a également été dénoncée par la ministre américaine de l'Énergie, Jennifer Granholm.
Vladimir Poutine a réfuté toutes les allégations de diminution des livraisons de gaz en déclarant que Gazprom remplissait la totalité de ses engagements. Intervenant au cours de la Semaine de l’énergie qui s’est tenue à la mi-octobre en Russie, il a pointé l’augmentation des livraisons du géant gazier en Europe en 2021, contrairement au manque de neuf milliards de la part des États-Unis et du Moyen-Orient.
Pour lui, cette crise provient de la politique économique de la Commission européenne qui avait opté pour la régulation du marché des énergies via la Bourse, le marché du spot, tout en renonçant à des contrats à long terme.
Interrogé par le Financial Times sur la responsabilité de Moscou dans cette flambée sur le marché gazier, M.Macron a déclaré n’avoir "aucune preuve" d’une manipulation des prix et n’accuse personne.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала