Le Soudan se prononce sur le projet d’une base militaire russe

Port-Soudan - Sputnik Afrique, 1920, 01.11.2021
S'abonnerTelegram
En novembre dernier, Vladimir Poutine a donné son autorisation à la mise en place d'un "point d'appui matériel et logistique" de la Marine russe au Soudan. Un an plus tard, ce pays africain confirme toujours son envie de développer une coopération avec le Kremlin.
Après les récents événements au Soudan, Sputnik a réussi à s'entretenir avec le chef de l’armée de ce pays. Selon Abdel Fattah al-Burhan, le pouvoir soudanais se prononce toujours pour la coopération militaire avec la Russie.
"Notre coopération avec la Russie est de longue date et ininterrompue. Nous la soutiendrons pleinement, car la Russie est toujours honnête avec nous et cherche à développer la coopération et à développer les forces armées soudanaises", a déclaré Abdel Fattah al-Burhan.
Il a également précisé que le Soudan continuerait à mettre en œuvre les accords sur la création d'une base militaire russe:
"Nous discutons constamment de ce sujet, et nous avons certains points de discorde que nous devons éliminer. Nous sommes attachés aux accords internationaux et continuerons à les mettre en œuvre jusqu'au bout".

Une base navale russe au Soudan

En novembre dernier Moscou et Khartoum ont signé un accord sur le déploiement d’un centre de soutien logistique de la Marine russe au Soudan. Le projet, concerté avec la partie soudanaise et les ministères russes de la Défense et des Affaires étrangères, prévoit que la base n’accueillera pas plus de 300 hommes et quatre navires simultanément. Le fonctionnement doit être assuré par la partie russe.
L'accord reste en vigueur pendant 25 ans, avec un renouvellement automatique de 10 ans si aucune des parties ne demande sa cessation au préalable.
Au cours de l’année, les autorités soudanaises ont décidé de modifier l'accord. La nouvelle version du contrat est toujours en état de ratification par les deux pays.

"Redressement d’une trajectoire"

Le 25 octobre, une tentative de coup d’État a été dénoncée au Soudan par le ministère de l’Information. L’état d’urgence a été proclamé par Abdel Fattah al-Burhan, chef du Conseil de souveraineté du gouvernement de transition. Parallèlement, il a déclaré la dissolution du gouvernement.
Dans une interview accordée à Sputnik, Abdel Fattah al-Burhan a expliqué qu’il ne s’agissait nullement d’un putsch. Le Premier ministre avait été extrait de chez lui en raison d’un risque d’attaque et avait pu ensuite y revenir.
"Ceux qui le considèrent comme un coup d’État ont tort, puisque nous sommes toujours au pouvoir. En cas de coup d’État, il doit y avoir un changement de pouvoir. Ce qu’il s’est passé, c’est le redressement d’une trajectoire et d’une période de transition", a-t-il dit.

Position de la Russie

Face aux événements qui ont conduit aux protestations à Khartoum, lesquelles ont fait des victimes, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que ceci résultait d’une grave crise économique et d’une perte de confiance envers le gouvernement de transition.
"Nous partons du fait que les développements au Soudan témoignent d’une grave crise systémique touchant tous les domaines de la vie politique et économique. C’est un résultat logique de l’échec de la politique appliquée au cours de ces deux dernières années", a indiqué la diplomatie russe.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала